Actualités
samedi septembre 22, 2018
Register

''Un peuple sans mémoire ne peut pas être un peuple libre'' D. MITTERRAND

 

Les questions sur l'occupation du Congo-Kinshasa par le Tutsi Power (proxy des anglo-saxons) reviennent dans les réseaux sociaux par intermittence. Quand alias ''Joseph Kabila'' lit sa dernière logorrhée devant ses deux caisses de résonance abusivement dénommées ''Parlement'' et ''Sénat'' et qu'il est applaudit, un compatriote pose cette question sur Facebook : ''Où voyez-vous les Rwandais ? Je ne vois que les Congolais(es) qui applaudissent, soutient-il.'' A son avis, ''l'occupation devrait être toujours visible à l'oeil nu'' et dans l'immédiat. Il a peut-être raison. Même si la question de savoir pourquoi ''les occupants'' choisiraient-ils la visibilité comme mode opératoire peut être posée.

Demander que le débat suscité par l'adhésion d'Elikya Mbokolo au FCC soit approfondi, c'est chercher à aller au-delà de son côté émotionnel. C'est chercher à comprendre pourquoi, dans la guerre raciste et de prédation menée contre le Congo-Kinshasa depuis l'assassinat de Lumumba (et même avant), l'intellectuel congolais est dans la ligne de mire ou des partisans de l'avènement d'une société progressiste ou dans celle des forces vassalisantes.

Voir un fils du Congo-Kinshasa libre de ses mouvements après qu'il ait été, d'une certaine façon, victime de l'une ou de l'autre façon des ''guerres secrètes de la politique et de la justice internationales'', cela ne peut laisser plusieurs de ses compatriotes indifférents. A première vue, cela est une bonne nouvelle pour eux. Il est normal qu'ils se réjouissent. Passé le temps des réjouissances et de l'émotion, il serait important de se poser des questions qui fâchent. Pourquoi la décision d'acquitter Jean-Pierre Bemba des crimes dont il était accusé tombe-t-elle après la lettre d'Herman Cohen à la CPI ? Que représente Herman Cohen pour le Congo-Kinshasa ? Quel rôle joue-t-il dans la guerre raciste et de basse intensité menée contre le pays de Lumumba par les anglo-saxons et leurs proxys Ougandais et Rwandais ? Comment Jean-Pierre Bemba a-t-il été impliqué dans cette guerre par l'Ouganda interposé ? Pourquoi Museveni et Kagame demeurent-ils impunis jusqu'à ce jour pendant que lui, Jean-Pierre Bemba, vient de passer une dizaine d'années à la CPI avant de se voir laver des crimes dont il était accusé ? Pourquoi est-il acquitté avant la mascarade électorale en préparation ?

La guerre raciste de prédation et de basse intensité éclate dans les grands lacs africains vers les années 1990. Le mur de Berlin vient de tomber et ''le capitalisme sauvage'' crie sa victoire. Un penseur néoconservateur écrit un texte sur ''la fin de l'histoire'' (Francis Fukuyama) et le triomphe du ''fondamentalisme du marché''. Les anglo-saxons envahissant les grands lacs africains par leurs sous-fifres ougando-rwandais interposés font (aussi) la guerre à la France et à la Belgique. Ils tiennent à chasser ''la francophonie'' du cœur de l'Afrique. Ils réussissent leur coup au Rwanda. Au Congo-Kinshasa, les tentatives francophobes échouent.