Brèves et dépêches
samedi août 19, 2017
Register

 

Qui en veut au constitutionnaliste congolais Mbata Mangu ? L’Afrique du Sud est-elle un pays très peu sûr pour les intellectuels critiques et les opposants politiques ? Le dissident du FPR, Patrick Karegeya, y a laissé sa peau. Un autre, Kayumba Nyamwasa y a échappé à la mort.  Mbata Mangu vient d’y échapper à la mort. Ci-après, le texte relatant ce qu’il y a eu ce mercredi 28 janvier 2015 :

 

A peine rentre de Kinshasa pour des activités scientifiques de quelques jours en Afrique du Sud, le Prof André Mbata, le constitutionnaliste congolais bien connu, a fait l'objet d'une attaque des hommes à main armée dans la banlieue de Pretoria, la capitale sud-africaine. Des hommes armes de revolvers ont tiré trois balles sur l'universitaire congolais qui en est sorti avec une blessure à la tête. 

 

 Il a été immédiatement achemine a une clinique de Pretoria ou les médecins ont constaté heureusement que sa vie n'est pas en danger et que ce cerveau qui fait la fierté du pays en est sorti indemne.  La police sud-africaine a ouvert une enquête contre inconnu. Aussitôt informes, les étudiants congolais en Afrique ont envoyé une délégation tard dans la nuit. Elle  est revenue avec la bonne nouvelle que Dieu a épargne la vie du Prof qui doit cependant suivre quelques soins avant de rejoindre ses étudiants de l’Université de Kinshasa.

 

 La disparition de ce savant en cette soirée de mercredi 28 janvier 2014 aurait été une énorme perte pour le pays et le continent. Puisse Dieu continuer de le protéger !

 

 

 

 

 

 

 

Les Etats-Unis ont exhorté dimanche le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, à quitter le pouvoir fin 2016 comme le prévoit la Constitution congolaise, et ont annoncé une aide supplémentaire pour soutenir l'organisation des élections à venir dans le pays.

Le gouvernement congolais a affirmé mardi que 103 personnes avaient été tuées dans "l'offensive terroriste" menée lundi par des assaillants se réclamant d'un opposant au président Joseph Kabila, qui a appelé mardi ses compatriotes à la "vigilance"

Les Nations unies ont averti mardi qu'elles allaient s'attaquer aux dizaines de groupes rebelles présents dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), aidées par les drones de reconnaissance dont disposent désormais, pour la première fois, des Casques bleus.