Un Casque bleu de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC) a été tué dimanche à Mbandaka (nord-ouest), selon une source onusienne, alors que des combats opposaient des forces de sécurité à des insurgés Enyele, déjà auteurs de violences fin 2009 dans la région.

"Nous confirmons que l'aéroport de Mbandaka (chef-lieu de la province de l'Equateur) a été attaqué par des éléments qui sont arrivés par bateau. Un Casque bleu a été tué alors qu'il se déplaçait (en voiture) vers l'aéroport", a affirmé à l'AFP le porte-parole de la la Mission de l'ONU en RDC (Monuc), Madnodje Mounoubai.


"Le Casque bleu a été tué au moment où il se dirigeait vers l'aéroport. Ce n'était pas encore au moment des combats. Il était dans un véhicule et il a pris un éclat", a-t-il précisé.

Les insurgés "sont des Enyele qui ont tenté de prendre l'aéroport, mais ils ont été repoussés par les soldats congolais", a affirmé à l'AFP, l'ancien (bien ancien) ministre provincial de l'Intérieur, Guy Inenge, conseiller à ce titre du gouverneur.

Selon lui les insurgés, qui seraient moins d'une centaine "avec des armes légères et des machettes, sont maintenant en débandade". "Certains ont été tués, trois ont été capturés", a indiqué M. Inenge, sans préciser le nombre de tués.

Les affrontements avaient débuté dans la matinée après l'interception par les forces de sécurité d'un bateau dans lequel se trouvaient les insurgés.

Dimanche en fin de journée, la situation était confuse à Mbandaka, où "des combats avaient lieu autour de l'aéroport", selon le porte-parole de la Monuc.

Jean-Faustin Mokoma, un député provincial interrogé par l'AFP a affirmé que les assaillants "ont essayé d'attaquer un dépôt d'armes mais ils ont été repoussés par l'armée" congolaise.

"Il y a encore des coups de feu dans la ville, surtout du côté de l'aéroport. Il n'y a plus beaucoup de circulation. Avec ma famille, nous sommes terrés chez nous", a détaillé M. Mokoma vers 17H00 (16H00 GMT).

Selon un habitant de Mbandaka, ayant requis l'anonymat, joint vers 17H30 (16H30 GMT), "des tirs sporadiques" continuaient "dans plusieurs quartiers de la ville (...). Il y a eu quelques pillages de la part des militaires", a-t-il affirmé.

Mbandaka, situé au bord du fleuve Congo, est le chef-lieu de la province de l'Equateur, dans le nord-ouest de la RDC. De fin octobre à mi-décembre 2009 dans cette même région, plus d'une centaine d'insurgés membres de la communauté des Enyele (appelés aussi Lobala), menés par un féticheur, avaient attaqué celle des Monzaya, ainsi que des policiers, à propos de la gestion d'un étang naturel poissonneux dans le village de Dongo.

Selon des chiffres du gouvernement congolais, ces violences qui s'étaient ensuite étendues à plusieurs villages, avaient fait au moins 270 tués, dont 187 civils, et entraîné la fuite de 187.000 personnes, dont 109.000 et 18.000 se sont réfugiées respectivement au Congo et en Centrafrique voisins.

L'armée congolaise, appuyée logistiquement par la Monuc, avait repris Dongo et plusieurs villages de la région mi-décembre, mais des accrochages se sont poursuivis début 2010 avec les insurgés, dans cette région isolée, en partie couverte par la forêt équatoriale.