Brèves et dépêches
jeudi janvier 21, 2021
Register

Un calme précaire régnait lundi matin à Mbandaka, dans le nord-ouest de la RD Congo, où un Casque bleu a été tué lors de combats qui ont opposé dimanche des forces de sécurité à des insurgés déjà auteurs de violences fin 2009, selon des sources locales contactées par l'AFP.

"Aux dernières nouvelles", les Forces armées de la RDC (FARDC) ont repris le contrôle de l'aéroport de Mbandaka, où des combats ont eu lieu dimanche après-midi, a affirmé à l'AFP un conseiller du gouverneur de province et ex-ministre provincial de l'Intérieur, Guy Inenge.


M. Inenge n'était pas en mesure de fournir un bilan des affrontements dans l'immédiat, soulignant que la nuit de dimanche à lundi a été "relativement calme".

Interrogé lundi au téléphone par l'AFP, un responsable d'une ONG locale de défense de droits de l'Homme ayant requis l'anonymat, a affirmé qu'"il y a eu un peu d'accalmie la nuit, les FARDC ont récupéré l'aéroport et les militaires circulent partout dans la ville".

"Nous sommes actuellement terrés chez nous, on ne peut pas sortir pour faire un bilan" des affrontements, a ajouté cette source.

Dimanche, un Casque bleu ghanéen de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc) basé dans cette ville a été tué par "un éclat de grenade", alors qu'il se rendait en voiture avec d'autres soldats à l'aéroport, selon le porte-parole de la Monuc, Madnodje Mounoubai.

Mbandaka est le chef-lieu de la province de l'Equateur, dans le nord-ouest de la RDC, au bord du fleuve Congo, à environ 700 km au nord de Kinshasa.

De fin octobre à mi-décembre 2009 dans cette même région, plus d'une centaine d'insurgés membres de la communauté des Enyele (appelés aussi Lobala), menés par un féticheur, avaient attaqué celle des Monzaya, ainsi que des policiers, à propos de la gestion d'un étang naturel poissonneux dans le village de Dongo.

Selon des chiffres du gouvernement congolais, ces violences qui s'étaient ensuite étendues à plusieurs villages, avaient fait au moins 270 tués, dont 187 civils, et entraîné la fuite de 187.000 personnes, dont 109.000 et 18.000 se sont réfugiées respectivement au Congo et en Centrafrique voisins.