Brèves et dépêches
lundi mars 01, 2021
Register

Le massacre et les viols perpétrés le 28 septembre à Conakry par les forces de sécurité "constituent vraisemblablement des crimes contre lhumanité", juge Human Rights Watch, en conclusion de son rapport détaillé sur les faits, publié jeudi et transmis à l'AFP à Dakar.

Au premier rang des personnes dont la responsabilité pénale doit être examinée, l'ONG cite le capitaine Moussa Dadis Camara, président autoproclamé de la Guinée depuis la prise de pouvoir par l'armée en décembre 2008.


Elle met également directement en cause Aboubakar Sidiki Diakité dit Toumba, l'aide de camp de Camara qui, le 3 décembre, a blessé le président en lui tirant dessus.

HRW estime aussi que le bilan du massacre va de 150 à 200 personnes tuées.

"Les preuves réunies par HRW laissent supposer que les meurtres, les viols et les autres abus commis par les forces de sécurité le 28 septembre et après cette date constituent un crime contre l'humanité. L'échelle et le niveau d'organisation de ces crimes laissent fortement penser que les attaques étaient généralisées et systématiques", écrit l'organisation qui a interrogé "240" personnes.

Les forces de défense et de sécurité ont battu, poignardé, tué par balles des opposants au régime militaire, rassemblés dans le plus grand stade de Conakry. Plusieurs dizaines de femmes ont été violées, selon diverses ONG.


HRW estime que "le nombre de victimes décédées au cours des violences du 28 septembre et les jours qui ont suivi se situe probablement entre 150 et 200" et que "plus de 1.400 personnes ont été blessées".

Le rapport décrit "comment des soldats ont abattu des manifestants paniqués qui tentaient de fuir en escaladant les murs denceinte, ont tiré à bout portant sur des manifestants qui essayaient de se cacher dans des galeries, des toilettes ou sous des sièges, et ont massacré dautres personnes après leur avoir assuré quelles pourraient sortir en toute sécurité".

Selon les témoignages, "les agressions sexuelles ont commencé quelques minutes après l'entrée des forces de sécurité dans le stade". Pendant les viols, des soldats ont tenu des "propos racistes" contre les femmes peulhes.

"Des témoins ont affirmé avoir vu au moins quatre femmes et jeunes filles se faire tuer pendant quelles étaient violées ou immédiatement après. Une femme a été tuée dune balle dans le vagin alors quelle était allongée sur le dos au milieu du stade, suppliant quon épargne sa vie", rapporte l'ONG.

Un "faisceau de preuves laissent penser que Moussa Dadis Camara a joué un rôle central dans le massacre", même s'il n'était pas présent lui-même au stade, souligne l'ONG, qui ne détaille pas ces preuves.

Le capitaine Camara reste soigné au Maroc, invisible et muet, quinze jours après avoir été blessé à la tête par Toumba.

Toumba, en fuite, a déclaré mercredi à RFI avoir tiré sur le chef de la junte parce que ce dernier l'avait "trahi" en voulant lui "faire porter l'entière responsabilité".

Selon HRW, Toumba a les Bérets rouges dans le stade" et se trouvait avec eux "lorsqu'ils ont tiré dans la foule". "Il a mené le groupe des Bérets rouges qui a battu et arrêté les leaders de l'opposition et a personnellement assisté au viol de nombreuses femmes sans intervenir pour mettre fin aux violences".

L'ONG met également en cause un deuxième officier des Bérets rouges, Marcel Guilavogui, ayant "violemment agressé" les leaders de l'opposition et menacé de les tuer.

Elle accuse aussi le ministre chargé de la lutte anti-drogue et du grand banditisme, Moussa Tiegboro Camara, présent au stade, noatmment "les gendarmes de son unité".

Cependant, Toumba et Tiegboro sont crédités d'avoir, ensuite, conduit les chefs de partis d'opposition, blessés, à une clinique.