Brèves et dépêches
jeudi janvier 21, 2021
Register

Des discussions ont débuté samedi à Ouagadougou pour choisir un Premier ministre de transition en Guinée, plongée depuis plus d'un an dans une grave crise, entre deux opposants à la junte, un dirigeant politique et une leader syndicaliste.

Dans le même temps, la communauté internationale, en premier lieu la France et l'Union africaine (UA), ont salué l'accord de sortie de crise signé la veille et prévoyant un maintien "en convalescence" à l'étranger du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, et une présidentielle dans "six mois".

"Les deux personnes proposées au poste de Premier ministre, Jean-Marie Doré et Rabiatou Sérah Diallo, doivent se rendre à Ouagadougou pour consultations", a indiqué à l'AFP le lieutenant Mohamed Kassé, attaché de presse du président de transition et nouvel homme fort du pays, le général Sékouba Konaté.

M. Doré est le porte-parole des Forces vives (opposition, syndicats et société civile), Mme Sérah Diallo est la secrétaire-générale de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) et figure de proue de la contestation.

"Ils doivent rencontrer le facilitateur (le président burkinabè Blaise Compaoré), le général Konaté, ainsi que le capitaine Moussa Dadis Camara dans le cadre de la transition", a-t-il ajouté. Mais les deux opposants se trouvaient toujours à Conakry samedi à la mi-journée.

"Le général Konaté est le président de la transition et chef de l'Etat pour une durée de six mois, Dadis reste et demeure président du CNDD", Conseil national pour la démocratie et le développement), la junte au pouvoir, a-t-il précisé.

"Mais le CNDD va disparaître car il sera remplacé par le Conseil national de transition (CNT) et les militaires vont rentrer dans les casernes. Les pleins pouvoir de la transition reviennent au général Konaté mais après les élections, automatiquement, il va rendre le tablier", a assuré le lieutenant Kassé.

Selon lui, si les discussions ont débuté au Burkina, la "nomination officielle" du Premier ministre de transition "aura lieu en Guinée".

"C'est une question de jours, c'est imminent. Parmi les deux, on va en nommer un (au poste de Premier ministre) mais le second ne sera pas lésé, il sera placé quelque part", a-t-il ajouté. Selon certaines informations, un poste de Premier ministre adjoint pourrait être créé.

L'accord de sortie de crise signé après deux jours de difficiles tractations a été accueilli avec soulagement par la communauté internationale, effrayée par la perspective d'un retour en Guinée du capitaine Camara, blessé dans une tentative d'assassinat le 3 décembre. Le capitaine Camara a été mis en cause avec d'autres dans le massacre par les forces de sécurité de plus de 150 opposants le 28 septembre à Conakry.

"La Guinée vient de franchir une étape décisive dans la sortie de la crise qu'elle traverse depuis un an (coup d'Etat militaire du 23 décembre 2008) et sur le chemin de l'Etat de droit et de la justice", s'est félicité le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner.

"La France assure de son soutien le général Konaté" et "encourage les Forces vives à apporter une participation active à la transition et salue, dans ce cadre, leur proposition de candidats au poste de Premier ministre", poursuit-il dans un communiqué.

Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping, s'est lui aussi félicité "de l'évolution positive de la situation en Guinée".

 

 

Texte intégral de l'accord conclu le 15 janvier 2010 à Ouagadougou

Le texte intégral de l'accord conclu ce 15 janvier 2010 à Ouagadougou par Blaise Compaoré, le médiateur dans la crise guinéenne, Sékouba Konaté, président par intérim de la junte au pouvoir en Guinée, et Dadis Camara, le chef de la junte.

- Considérant la désignation de Son Excellence Monsieur Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, comme médiateur dans la crise en République de Guinée ;

- Résolus à favoriser la réconciliation des Guinéens avec eux-mêmes et à rétablir la confiance entre gouvernants et gouvernés, par le respect, la confiance et la reconnaissance mutuelle ;

- Déterminés à rétablir en République de Guinée un Etat de droit démocratique, respectueux des libertés individuelles et collectives et des principes de la bonne gouvernance ;

- Ayant à l’esprit les différents entretiens organisés par le Médiateur aux fins de rétablir le dialogue politique entre les différentes composantes de la société guinéenne ;

- Engagés à œuvrer solidairement pour créer en République de Guinée les conditions d’un retour à l’ordre constitutionnel normal et d’une transition démocratique consensuelle et apaisée ;

- Se référant aux délibérations et résolutions de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union africaine (UA), de l’Organisation des Nations unies (ONU) et du Groupe International de Contact sur la Guinée (GIC-G) ;

- Après des consultations menées à Ouagadougou, les 13 et 14 janvier 2010 ;

Le capitaine Moussa Dadis Camara, président du Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) et président de la République de Guinée, le général Sékouba Konaté, vice-président du CNDD, ministre de la Défense, président de la République par intérim, et Son Excellence Monsieur Blaise Compaoré, président du Burkina Faso et médiateur dans la crise en République de Guinée, se sont accordés sur les mesures suivantes en vue d’une transition pacifique en Guinée :

1. Le respect des libertés publiques, y compris de la liberté de presse et d’opinion ;

2. La garantie de la sécurité des personnes et des biens ;

3. La réorganisation et la réforme des Forces de Défense et de Sécurité ;

4. La création d’un Conseil National de Transition (CNT), organe politique délibérant, dirigé par une personnalité religieuse et composé de 101 membres représentant toutes les composantes de la société guinéenne ;

5. La nomination d’un Premier ministre, président du Conseil des ministres, issu du Forum des Forces Vives de Guinée ;

6. La formation d’un gouvernement d’Union nationale ;

7. La révision des listes électorales ;

8. L’organisation, dans un délai de 6 mois, de l’élection présidentielle à laquelle ne participeront pas les membres du Conseil National de Transition, le chef de l’Etat de Transition, les membres du CNDD, le Premier ministre, les membres du gouvernement d’Union nationale et les membres des Forces de Défense et de Sécurité en activité ;

9. Le recours à des observateurs civils et militaires de la CEDEAO ;

10. La mise en place d’un organe de suivi, d’évaluation et d’accompagnement ;

11. Les signataires de la présente déclaration appellent instamment la communauté internationale à apporter son concours politique, financier et technique pour la mise en œuvre des mesures ci-dessus arrêtées ;

12. Son Excellence Monsieur Blaise Compaoré, président du Burkina Faso et médiateur dans la crise guinéenne, désignera un représentant spécial auprès des autorités de la transition de la République de Guinée.

Clôturant leurs fructueuses concertations, Son Excellence Monsieur Blaise Compaoré, président du Burkina Faso et le président de la République de Guinée par intérim, le général Sékouba Konaté, se sont réjouis de l’évolution satisfaisante de l’état de santé du président du CNDD, le capitaine Moussa Dadis Camara.

Ils lui ont exprimé leur totale solidarité et leur compassion pour la dure épreuve qu’il a subie, tout en lui souhaitant un prompt rétablissement.

Le président du CNDD, le capitaine Moussa Dadis Camara, en retour, leur a exprimé sa profonde gratitude pour les précieux soutiens en tous genres dont il a bénéficié de leur part. Il a par ailleurs, dit avec force qu’il prend librement un temps de convalescence, tout en restant disponible pour apporter sa contribution aux acteurs de la transition.

Enfin, Son Excellence Monsieur Blaise Compaoré, président du Burkina Faso et médiateur dans la crise guinéenne, Monsieur le président du CNDD, Président de la République de Guinée et Monsieur le vice-président du CNDD, président de la République de Guinée par intérim, adressent leurs chaleureux remerciements à sa Majesté, le Roi Mohammed VI, ainsi qu’à toutes les autorités marocaines, y compris le corps médical, pour avoir accueilli, avec beaucoup de générosité, et soigné avec beaucoup de professionnalisme et d’affection, le capitaine Moussa Dadis Camara.

Fait à Ouagadougou, le 15 janvier 2010

Le président du CNDD, président de la République de Guinée :

Capitaine Moussa Dadis Camara

Le vice-président du CNDD, président de la République de Guinée par intérim :

Général Sékouba Konaté

Le médiateur dans la crise en Guinée :

Blaise Compaoré