Brèves et dépêches
jeudi décembre 03, 2020
Register

Un calme précaire régnait lundi matin à Mbandaka, dans le nord-ouest de la RD Congo, où un Casque bleu a été tué lors de combats qui ont opposé dimanche des forces de sécurité à des insurgés déjà auteurs de violences fin 2009, selon des sources locales contactées par l'AFP.

"Aux dernières nouvelles", les Forces armées de la RDC (FARDC) ont repris le contrôle de l'aéroport de Mbandaka, où des combats ont eu lieu dimanche après-midi, a affirmé à l'AFP un conseiller du gouverneur de province et ex-ministre provincial de l'Intérieur, Guy Inenge.

Un Casque bleu de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC) a été tué dimanche à Mbandaka (nord-ouest), selon une source onusienne, alors que des combats opposaient des forces de sécurité à des insurgés Enyele, déjà auteurs de violences fin 2009 dans la région.

"Nous confirmons que l'aéroport de Mbandaka (chef-lieu de la province de l'Equateur) a été attaqué par des éléments qui sont arrivés par bateau. Un Casque bleu a été tué alors qu'il se déplaçait (en voiture) vers l'aéroport", a affirmé à l'AFP le porte-parole de la la Mission de l'ONU en RDC (Monuc), Madnodje Mounoubai.

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monuc) prend les devants et planifie le retrait du pays de ses 20.000 soldats d'ici fin 2011, dont 2.000 dès juin prochain, au cas où le Conseil de sécurité retiendrait ce calendrier, comme le souhaite Kinshasa.

"La Mission est obligée de faire la planification pour pouvoir faire face si jamais c'est la décision", attendue en mai, du Conseil de sécurité de retirer totalement les troupes d'ici fin 2011, a expliqué à l'AFP le chef de l'information publique de la Monuc, Kevin Kennedy,Fin 2009, la RDC a demandé à l'ONU un plan de retrait progressif de la Monuc, la plus importante force de maintien de la paix dans le monde présente depuis 10 ans dans l'ancien Zaïre.

Les civils en République démocratique du Congo (RDC), et plus particulièrement les femmes, continuent d'être les victimes d'"atrocités" qui "dans certains cas pourraient constituer des crimes contre l'humanité", dénoncent des experts de l'Onu dans un rapport publié vendredi.

Le rapport doit être présenté jeudi prochain à Genève devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU par sept experts de l'ONU, dont trois se sont rendus récemment dans le pays.