Brèves et dépêches
jeudi décembre 03, 2020
Register

Le procès de l'ancien vice-président de la République démocratique du Congo, Jean-Pierre Bemba, qui devait s'ouvrir le 27 avril, a été reporté au 5 juillet, a annoncé lundi la Cour pénale internationale.

Ce report a été rendu nécessaire par lexception dirrecevabilité soulevée par la défense de M. Bemba.

La Cour a expliqué dans un communiqué que "lexamen de la requête de la défense, ainsi que les observations des autres parties et participants, devrait être soumis à un calendrier raisonnable et réaliste et que leur examen ne pourrait être achevé avant la date initialement prévue pour louverture du procès".

Premier président noir d'Afrique du Sud, Prix Nobel de la paix, héros de la lutte anti-apartheid: Nelson Mandela, libéré il y 20 ans des geôles du régime blanc, est vénéré à l'image d'un intouchable saint dont le nom alimente un commerce en or.

Sa troisième épouse, Graça Machel, porte sur lui un regard singulièrement clairvoyant. "Il est tellement spécial", a-t-elle dit de lui dans un entretien à la télévision Al-Jazira. Avant de reconnaître que ce mari au statut de "symbole... n'est pas un saint. Il a ses faiblesses."

Pourtant, il est tabou de critiquer Madiba, nom de clan de celui que la nation tout entière surnomme "Tata", "Grand-Père".

Dans le but avoué de préserver la réputation d'un héros planétaire, le nonagénaire est tenu à l'écart d'un public toujours avide de la moindre apparition. Toute spéculation sur sa santé déclinante est farouchement démentie par la Fondation qui a repris son nom et son oeuvre auprès des enfants.

Le jeune Mandela est passé aux oubliettes de la mémoire collective. On a retenu le réconciliateur, celui qui a su écarter l'Afrique du Sud de la guerre civile dans laquelle elle menaçait de sombrer dans les années 1990 et effacé le rebelle qui a lancé fin 1961 la lutte armée contre le régime ségrégationniste.

Des discussions ont débuté samedi à Ouagadougou pour choisir un Premier ministre de transition en Guinée, plongée depuis plus d'un an dans une grave crise, entre deux opposants à la junte, un dirigeant politique et une leader syndicaliste.

Dans le même temps, la communauté internationale, en premier lieu la France et l'Union africaine (UA), ont salué l'accord de sortie de crise signé la veille et prévoyant un maintien "en convalescence" à l'étranger du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, et une présidentielle dans "six mois".

"Les deux personnes proposées au poste de Premier ministre, Jean-Marie Doré et Rabiatou Sérah Diallo, doivent se rendre à Ouagadougou pour consultations", a indiqué à l'AFP le lieutenant Mohamed Kassé, attaché de presse du président de transition et nouvel homme fort du pays, le général Sékouba Konaté.

Le gouvernement togolais a rappelé son équipe samedi après le mitraillage du bus de la sélection nationale qui se rendait à la CAN-2010, a indiqué à Lomé le ministre de l'administration territoriale et porte parole du gouvernement Pascal Bodjona.

"Le gouvernement togolais a décidé de rappeler son équipe. Nous ne pouvons pas continuer dans cette circonstance de drame la compétition de la CAN. Cela a été nécessaire parce que les joueurs sont sous le choc", a déclaré M. Bodjona.

L'attaque vendredi du bus de l'équipe qui venait de franchir la frontière entre le Congo-Brazzaville et l'Angola, a fait au moins deux tués, deux membres de la délégation togolaise.