Brèves et dépêches
mardi octobre 17, 2017
Register

Onze pays africains ont signé dimanche à Addis Abeba un accord destiné à ramener la paix dans l'Est de la République démocratique du Congo, notamment en renforçant la mission des Nations unies déployée dans la région pour y combattre les rébellions qui l'ensanglantent.

Les signataires de l'accord ont fait preuve d'un optimisme prudent, conscients qu'aucun effort de paix n'a réussi durablement depuis deux décennies dans l'Est de la RDC, dont les énormes ressources minières attisent les convoitises.

Les délégations du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et du mouvement rebelle congolais du M23 ont rencontré séparément samedi les médiateurs ougandais à Kampala, à la veille de négociations directes attendues entre les deux parties, a annoncé le ministère ougandais de la Défense.

"Les deux délégations sont enfin là et nous espérons que les deux parties mèneront des pourparlers directs demain (dimanche)", a déclaré le porte-parole du ministère ougandais de la Défense, Paddy Ankunda.

Des rebelles à proximité, des médiateurs loin d'être neutres: à Goma, ville clé de l'est de la République démocratique du Congo, le scepticisme domine après l'ouverture entre rebelles et gouvernement de négociations à Kampala qui, dès le deuxième jour, ont été boycottées lundi par la rébellion.

Depuis que les rebelles du M23 se sont retirés de la ville sous forte pression internationale le 1er décembre, après 12 jours d'occupation, la capitale de la riche province minière du Nord-Kivu tente de retrouver une vie normale à portée de tirs de la rébellion.

Les rebelles congolais du M23 ont quitté samedi Goma, ville stratégique de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) conquise 12 jours auparavant sans résistance, ouvrant la voie à de délicates négociations avec Kinshasa, fragilisé par cette crise ouverte.

Le retrait des rebelles intervient après dix jours de forte mobilisation internationale -- du Conseil de sécurité de l'ONU et des Etats-Unis, mais aussi d'une médiation des pays voisins des Grands Lacs, enclenchée pour éviter un nouvel embrasement à grande échelle dans cette région instable d'Afrique.