Brèves et dépêches
dimanche décembre 17, 2017
Register

François Hollande a tranché: il se rendra bien, en octobre, en République démocratique du Congo pour le sommet de la Francophonie. Mais, pour ne pas servir de caution au régime de Joseph Kabila, le président français promet de "tout dire" et de rencontrer l'opposition.

Cette visite en RDC - ancien Congo belge et ex-Zaïre - sera le premier voyage officiel en Afrique du nouveau président français élu en mai.

Ces derniers mois, plusieurs associations congolaises et françaises avaient demandé au président français de "ne pas se rendre à Kinshasa", pour éviter de conforter le régime autoritaire et contesté de Joseph Kabila.

 

Des assises sur l'amélioration du climat des affaires et des investissements en République démocratique du Congo (RDC) ont débuté lundi à Kinshasa pour aider à la poursuite des réformes, notamment en matière de fiscalité et de lutte contre la corruption.

La rencontre, qui se termine mercredi, a été mise en place par le ministre congolais du Plan, Célestin Vunabandi Kanyamihigo, qui préside par ailleurs le suivi du Comité de pilotage pour l'amélioration du climat des affaires.

 

La force "neutre" qui doit empêcher certaines groupes armés d'opérer dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) pourrait compter 4.000 hommes, a affirmé vendredi à l'AFP le ministre congolais de la Défense Alexandre Luba Ntambo.

La force pourrait compter "4.000 hommes" qui viendront de "pays africains", a déclaré le ministre joint par l'AFP au lendemain d'une réunion avec ses homologues d'Angola, du Burundi, du Congo, du Rwanda, d'Ouganda et de Tanzanie sur la crise à l'est de la RDC.

L'association Convergence pour l'Emergence du Congo (CEC) a saisi la justice française pour tenter d'empêcher la tenue à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), du prochain sommet de la francophonie en octobre, ont annoncé jeudi ses représentants.

Il serait "immoral" de tenir le sommet de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dans "un pays en détresse", a déclaré lors d'un point de presse Jean-Louis Tshimbalanga, président de cette association composée de Français d'origine congolaise.