Brèves et dépêches
mercredi octobre 23, 2019
Register

La République démocratique du Congo (RDC) a haussé le ton jeudi face au Rwanda, accusé de soutenir une mutinerie dans l'est congolais, en "exigeant" des autorités rwandaises qu'elles "cessent de laisser leurs officiers continuer à alimenter la guerre".

"Nous exigeons que les autorités rwandaises arrêtent, cessent de laisser leurs officiers continuer à alimenter la guerre au Congo", a déclaré le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende.

Il a fait état des "preuves accablantes" contenues dans les annexes d'un rapport d'experts de l'ONU selon lesquels des mutins qui s'opposent depuis mai à l'armée congolaise (FARDC) au Nord-Kivu (est) ont reçu l'appui d'officiers supérieurs rwandais.

Les défections de militaires se poursuivent en République démocratique du Congo (RDC) où plusieurs soldats ont déserté dans la nuit de vendredi à samedi pour rejoindre la mutinerie d'ex-rebelles que l'armée combat depuis mai dans la province du Nord-Kivu (est), a-t-on appris de sources concordantes.

Selon les mutins, plus de cent militaires, dont deux officiers supérieurs, ont fait défection.

Des militaires de l'ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans l'armée en 2009, "ont rejoint le M23 depuis hier soir" (vendredi), a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, porte-parole des mutins se réclamant du Mouvement du 23 mars (M23).

Le groupe d’experts de l’ONU sur la RDC affirme avoir des preuves que trois des plus hauts gradés rwandais soutiennent la mutinerie congolaise du M23, a rapporté l’agence Reuters. Celle-ci affirme avoir eu accès à des notes prises lors d’une présentation orale le 13 juin, mais ne donne pas plus de précision.

 

La ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo et son homologue congolais Raymond Tshibanga ont ouvert lundi 18 juin à Kinshasa une série de discussions sur la situation dans le Nord-Kivu. La RDC a récemment dénoncé la la passivité des autorités rwandaises, qui sont accusées, dans un rapport de la Monusco, de soutenir les mutins du M23.