Brèves et dépêches
mercredi octobre 23, 2019
Register

L'ONU pointe du doigt le Rwanda, affirmant dans un rapport confidentiel que des Rwandais ont été recrutés et formés dans leur pays pour renforcer des mutins ex-rebelles que l'armée congolaise combat depuis début mai dans la province du Nord-Kivu (est de la RDCongo), accusations aussitôt démenties par Kigali.

Dans ce document que s'est procuré la BBC, l'ONU affirme avoir "conduit des entretiens avec 11 combattants qui ont abandonné leurs positions dans les forêts montagneuses de la frontière entre la RDC et le Rwanda" et qui sont décrits comme "des citoyens rwandais recrutés au Rwanda sous prétexte de rejoindre l'armée nationale, y compris un mineur".

 

Des citoyens rwandais ont été recrutés et formés dans leur pays pour renforcer la mutinerie d'ex-rebelles que l'armée congolaise combat depuis début mai dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, selon un rapport confidentiel de l'ONU que s'est procurée la BBC.

"Les Nations unies ont réalisé des entretiens avec 11 combattants qui ont abandonné leurs positions dans les forêts montagneuses de la frontière entre la RDC et le Rwanda. Le rapport (...) décrit ces déserteurs comme des citoyens rwandais recrutés au Rwanda sous prétexte de rejoindre l'armée nationale, y compris un mineur", est-t-il expliqué.

 

Les combats qui avaient repris samedi matin entre l'armée congolaise et les mutins dans un fief rebelle dans le Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, ont cessé en début de soirée, a constaté l'AFP.

Trois chars de combats continuaient cependant à pilonner la colline de Mbuzi, une des bases des dissidents, a-t-on pu constater.

Plus de 77.000 personnes ont fui les violences armées qui ont débuté fin avril dans la province du Nord-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo, et plusieurs milliers d'entres elles se sont réfugiées au Rwanda et en Ouganda voisins, a annoncé mercredi l'ONU.

Fin avril-début mai, des combats ont opposé l'armée à des dissidents issus de l'ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) dans le territoire de Masisi. Depuis mi-mai, les heurts sont concentrés dans la région du Rutshuru, voisine du Rwanda et de l'Ouganda, où alternent heurts violents et accalmies précaires.