Brèves et dépêches
jeudi novembre 21, 2019
Register

Au moins 50 civils ont été tués en mai dans l'est de la République démocratique du Congo lors d'attaques attribuées aux rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), dont l'une a fait 22 morts dans la nuit du dimanche au lundi, a annoncé mercredi l'ONU.

"Dans la nuit du 13 au 14 mai, des présumés éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) ont attaqué le village de Kamananga (dans la province du Sud-Kivu), tuant au moins 20 personnes", selon un communiqué du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

Le général mutin Bosco Ntaganda et ses hommes, en fuite depuis plusieurs jours, ont échangé des tirs "nourris" avec l'armée dans la nuit de lundi à mardi et se dirigent vers le parc national des Virunga, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source militaire.

"Nous avons commencé les combats à minuit (22h00 GMT). Le général Bosco était dans les rangs" des mutins, a déclaré à l'AFP un capitaine de l'armée, lui même ex-membre de l'ancienne rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), dont sont issus les mutins et dont le général Ntaganda était chef d'état-major.

L'armée congolaise a repris vendredi le contrôle de la localité de Mushaki, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où était jusqu'à présent basé le général Bosco Ntaganda, en fuite vers un bastion de son ancienne rébellion.

Interrogés par l'AFP pour savoir si les Forces armées gouvernementales (FARDC) avaient bien repris le contrôle de Mushaki, dans la province instable du Nord-Kivu (est), deux commandants des FARDC ont répondu "affirmatif", sans donner plus de précision.

Le général Jean-Bosco Ntaganda affirme ne pas être impliqué dans les violents combats qui opposent dans l'est de la République démocratique du Congo l'armée à des mutins ex-membres de la rébellion dont il était chef d'état-major, et qui provoquent d'importants déplacements de populations.

"Je ne suis pas impliqué dans les affrontements qui se passent entre les FARDC (Forces armées de la RDC) et les militaires qui ont fait défection" début avril dans les provinces instables des Nord et Sud Kivu (est), a affirmé en swahili à l'AFP le général Ntaganda, interrogé mardi par téléphone.