Brèves et dépêches
lundi janvier 25, 2021
Register

L'ambassadeur français pour les droits de l'Homme François Zimeray a qualifié samedi de "naufrage" la situation des droits de l'Homme en République démocratique du Congo (RDC) où il a effectué une visite "bouleversante".

"Je dois à l'amitié (avec la RDC) et à l'honnêteté de dire les choses vraies, crues, et ce voyage était bouleversant", a-t-il déclaré à l'AFP à Kinshasa à l'issue d'un séjour d'une semaine dans le pays.

"Il y a eu des moments extrêmement forts qui me donnent le sentiment d'une situation de naufrage s'agissant des droits de l'Homme" en RDC, a estimé l'ambassadeur.

A Goma (est), il a relevé le cas des défenseurs de droits humains "menacés et vivant de façon extrêmement dure et douloureuse la présence" dans la ville du général de l'armée congolaise Bosco Ntaganda, "c'est à dire la présence notoire d'un homme poursuivi par la CPI alors que l'on a que le mot de lutte contre l'impunité à la bouche ici".

 

Malgré la médiation de l'ex-chef d'Etat sud-africain , la crise politique persistait dimanche en Côte d'Ivoire après l'annonce d'un gouvernement d'Alassane , qui revendique la présidence comme son rival Laurent Gbagbo.

Premier ministre de M. depuis l'accord de paix de 2007, Guillaume Soro, chef de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) qui contrôle le nord du pays depuis le putsch raté de 2002, dirige cette équipe et détient aussi le portefeuille de la Défense.

Les autres ministères sont confiés à des membres du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), coalition d'opposition qui avait soutenu M. Ouattara avant le second tour de la présidentielle le 28 novembre.

Le chef de l'Etat ivoirien sortant a été proclamé vendredi vainqueur de la présidentielle par le Conseil constitutionnel, mais son rival Alassane Ouattara s'est présenté comme le "président élu", formellement reconnu par l'ONU.

Un proche conseiller du président ivoirien Laurent Gbagbo a immédiatement menacé sur la télévision publique de demander le "départ immédiat" du représentant de l'ONU dans le pays, Youn-jin Choi, qui a rejeté la victoire du chef de l'Etat sortant à la présidentielle.

Au pouvoir depuis 2000, Laurent Gbagbo a été réélu président avec 51,45% des suffrages, contre 48,55% à son rival, selon les résultats définitifs du second tour du 28 novembre, a annoncé vendredi le président du Conseil, Paul Yao N'Dré.

Un ressortissant congolais et le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), une association française, ont plaidé lundi devant un tribunal belge l'interdiction de "Tintin au Congo", porteuse selon eux de clichés racistes et offensants à l'égard des Africains.