Brèves et dépêches
lundi janvier 25, 2021
Register

La défense de a dénoncé lundi une enquête "partiale" et "bâclée", au premier jour du procès de l'ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC) devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.

"Une enquête partiale, une enquête bâclée, et qui en définitive n'apporte absolument pas aux juges ce qu'ils sont en droit d'attendre, c'est-à-dire des preuves au-delà de tout doute raisonnable", a regretté Me Nkwebe Liriss, prononçant la déclaration liminaire de la défense.

Les deux rivaux du second tour de la présidentielle ivoirienne le 28 novembre, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, ont nettement durci le ton samedi à l'ouverture de la campagne, en s'accusant mutuellement des graves troubles qu'a traversés le pays depuis une décennie.

Long exil et prison ont marqué la vie d'Alpha Condé, qui a remporté l'élection présidentielle en Guinée: avant d'accéder à la magistrature suprême, cet intellectuel de 72 ans a combattu tous les régimes en place, ce qui lui a valu le titre "d'opposant historique".

Le procès de huit policiers congolais, dont le chef des services spéciaux, accusés de l'enlèvement et l'assassinat en juin du militant des droits de l'Homme Floribert Chebeya, a débuté vendredi devant la cour militaire de Kinshasa.

Cette première audience, qui a duré un peu moins de deux heures, a été consacrée à l'identification de cinq des huit prévenus, trois étant en fuite et jugés par défaut. La prochaine audience a été fixée au 3 décembre.

Tous les prévenus sont accusés d'"association de malfaiteurs, enlèvement, assassinat et terrorisme", et les trois absents -deux majors et un adjudant- aussi pour "désertion".