Dossiers
mercredi octobre 18, 2017
Register

 

Pour le moment, les accords de la Saint-Sylvestres sont bloqués. Ils risquent de ne pas atteindre leurs objectifs. Le débauchage réalisé par le camp du ''pouvoir-os'' au cœur du Rassemblement né à Genval a faussé les calculs. Les débauchés ont dévoilé ''les secrets''. Désormais, les deux camps, celui du ''pouvoir-os'' et celui du Rassemblement, savent que le blocage n'est pas un problème de ''mauvaise foi'' entre ''les politicards congolais'' ; mais plutôt un refus d'obtempérer aux ''maîtres du monde'' cherchant à déshabiller Pierre pour habiller Paul. Il n'y a que ça. Le reste, ce sont des commentaires.La faiblesse de ce ''marché néocolonial'' est le sentiment de toute-puissance de ses commanditaires et de leurs ''nègres de service''. Ils ne savent pas qu'au Kasaï, un proverbe soutient que ''maître au monde, c'est (multiplier) distribuer les yeux'' (''Kulela, nkuabanya mesu'').

 

A entendre certains compatriotes impliqués dans la signature de fameux accords de la Saint-Sylvestre, ils voulaient éviter que les Congolais(es) allant dans la rue le 19 décembre 2016 ne puissent être tués par la police politique d'Alias Joseph Kabila. Ils prétendent actuellement que cette mission a été accomplie. Et là, je perds un peu mon latin. Qu'ont-ils réellement évité ? Que les Congolai(es) sortent dans la rue le 19 décembre 2016 pour sanctionner la fin du deuxième mandat frauduleux d'Alias Joseph Kabila ou qu'ils (elles) évitent la mort ? Les faits prouvent qu'ils n'ont évité ni l'un, ni l'autre. Les compatriotes sont tués chaque jour sur toute l'étendue de notre territoire national. Ils meurent assassinés, massacrés par ''la police politique de la kabilie'' de manière extra-judiciaire ; ils meurent de maladies curables sous d'autres cieux et de famine. Qu'est-ce que les signataires des accords de la Saint-Sylvestre ont réellement évité ? Lubaya et Sassange, deux membres kasaïens du Rassemblement signataire de ces accords, ne cessent de se plaindre du nombre de morts entassés dans les fosses communes dans leur circonscription électorale (au Kasaï). Alors, qu'est-ce que les accords de la Saint-Sylvestre ont réellement évité ? Alias Kabila est là au ''pouvoir-os'' et dit qu'il n'a rien promis. Qu'est-ce que les accords de la Saint-Sylvestre ont réellement évité ? Rien.

 

Au contraire, ces accords ont induit une bonne partie des populations congolaises en erreur sur la véritable nature du ''pouvoir-os'' de ''kabilie''.Leurs signataires ont cru que ce ''pouvoir-os'' était rationnel, raisonnable et porteur de vie. Les faits démentent cette approche complaisant. Ils prouvent que ''ce pouvoir-os'' est mortifère. Il n'a aucun sens des engagements pris et signés. Et il n'en est pas à son premier coup.

 

Cette erreur ''voulue'' participe d'un lobbying mené au cœur de ''la politicaille'' congolaise pour fabriquer un futur président congolais loin des masses populaires congolaises en vue de le leur présenter pour une plébiscite. Cette erreur ''voulue'' est le fruit d'un accord préalable entre les politicards congolais et ''certains maîtres du monde'', avides néocolonialisme, et dont la rhétorique ne fait que vanter les mérites de l'avènement d'une jeune démocratie au cœur de l'Afrique.

 

Pour le moment, les accords de la Saint-Sylvestres sont bloqués. Ils risquent de ne pas atteindre leurs objectifs. Le débauchage réalisé par le camp du ''pouvoir-os'' au cœur du Rassemblement né à Genval a faussé les calculs. Les débauchés ont dévoilé ''les secrets''. Désormais, les deux camps, celui du ''pouvoir-os'' et celui du Rassemblement, savent que le blocage n'est pas un problème de ''mauvaise foi'' entre ''les politicards congolais'' ; mais plutôt un refus d'obtempérer aux ''maîtres du monde'' cherchant à déshabiller Pierre pour habiller Paul. Il n'y a que ça. Le reste, ce sont des commentaires.

 

La faiblesse de ce ''marché néocolonial'' est le sentiment de toute-puissance de ses commanditaires et de leurs ''nègres de service''. Ils ne savent pas qu'au Kasaï, un proverbe soutient que ''maître au monde, c'est (multiplier) distribuer les yeux'' (''Kulela, nkuabanya mesu''). Les filles et les fils du Congo-Kinshasa vivant à travers le monde et soucieux d'un avenir prospère pour leur pays sont au courant de ce marché. Ils ont appelé et échangé avec leurs frères et sœurs qui y sont impliqués. Sans grand résultat. Dieu merci ! Ces autres dignes filles et fils du Congo-Kinshasa ( ''ses yeux démultipliés'') poursuivent, eux aussi, leur travail de lobbying. Ils portent un souhait : la fin de l'enfumage entretenu par leurs compatriotes signataires des accords de la Saint-Sylvestre.

 

Seront-elles (ils) entendu(e)s ? Le proche avenir nous le dira.

 

Le lobbying mené par ces autres filles et fils du Congo-Kinshasa semble sonner le glas d'une certaine approche de la politique entendue comme ''mensonge'' entretenu derrière ''le dos'' des masses populaires pour manipuler leurs voies (aux élections) en vue de confirmer ''les nègres de

 

service'' plébiscités par ''certains maîtres du monde'' et les médias dominants. Le pays est à un tournant critique. Il se pourrait que '''la guerre d'usure'' menée contre ce pays pendant plus de deux décennies contribue à cet enfumage et participe de la promotion des ''élites compradores'' au sommet de l'Etat. Les débats sur les réseaux sociaux vont dans ce sens. Comment travailler au renversement de la vapeur ? Tel est le défi lancé aux faiseurs d'opinions, aux journalistes patriotes et aux autres intellectuels organiques et structurants congolais. La lutte est âpre...

 

 

 

Babanya Kabudi

 

Génération Lumumba 1961