Dossiers
dimanche décembre 17, 2017
Register

Il est possible de soutenir que se recevoir des autres et/ou de l'autre, c'est d'abord être héritier.

Etre un héritier appelé à devenir créateur en recourant à l'esprit d'inventivité, de créativité et d'imagination. L'humain devient créateur en dialoguant avec son héritage, avec les autres et/ou l'autre dont il se reçoit. Il ne recrée pas humainement ex-nihilo. ''Le self made man'' est un mythe s'inscrivant dans une tradition et une culture qu'il s'évertue à ignorer. Un héritage peut donc être ignoré ou sacrifié au moment de la transmission ou de la re-création de soi. Il peut être sacrifié sur l'autel d'une rationalisation extrême du monde vécu en le réduisant à sa plus simple expression des échanges matériels sans fondement éthico-spirituel.

Au Congo-Kinshasa, le fondamentalisme du marché prend appui sur le fondamentalisme religieux prônant ''la bénédiction-réussite individuelle'' et disqualifiant ''l'autre'' en l'assimilant au sorcier et au démon. Il atomise les familles et casse le ressort de la solidarité et de la fraternité. Le débat rationnel et raisonnable pouvant servir de lieu de la production collective d'une éthique reconstructive est rejeté et/ou inconnu. Pourtant, il nous semble être le lieu indépassable de la réfaction de l'interconnexion entre les différents domaines du monde vécu indispensable à la refondation de l'Etat ; d'un Etat social, promoteur de la justice sociale(de la famille, à la rue, au quartier, à la ville, au territoire jusqu'à la province), de la sécurité populaire, d'une spiritualité et d'une culture combattant le précariat et au service de la vie.

''Le crime de pensée est la mort'' (G. Orwell)

Un phénomène assez drôle est en train de s'installer dans certains milieux congolais : le refus du débat contradictoire. Si un compatriote pense différemment ou contredit un point de vue émis par un autre, surtout par ''les gourous'' de certains partis politiques ou des mouvements citoyens, il arrive qu'il soit taxé de tous les noms d'oiseaux. Il arrive même qu'il soit menacé de mort. Il y a des compatriotes diabolisés ou battus à cause de leurs points de vue.

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique.Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques.L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, (l’émigré), le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht