Dossiers
lundi novembre 19, 2018
Register

 

Au Sud, le cas du Congo-Kinshasa, l'empire de la bêtise a atteint des proportions inimaginables. La faillite du système éducatif en particulier et du système culturel en général rend plusieurs compatriotes insensibles à leurs propres contradictions et autres absurdités. Plusieurs sont par exemple d'avis que le pays va très mal ; qu'il est en tout et pour tout détruit. Néanmoins, ils ne se gênent pas d'applaudir et de danser pour ''les négriers des temps modernes'' l'ayant détruit par action, par omission ou par procuration. Et des ''professeurs d'université'' sont sur le point de faire de l'un d'eux ''un Docteur Honoris Causa''. Le comble de la bêtise !

 

Il semble qu'alias Joseph Kabila aurait choisi de devenir ''le bouvier de Kingakati'' après sa ''présidence-mercenariat''. L'aisance avec laquelle il échange avec ''les bouviers venus de Kigali'' (sur une photo partagée sur les réseaux sociaux) devrait pousser ''les minorités congolaises organisées et éveillées'' à relire le plan Tutsi de l'occupation du Congo-Kinshasa. Sur ce point, l'amnésie et l'enfermement dans ''l'instant présent'' sont des obstacles à combattre. A court, moyen et long terme.

 

''L'outil le plus puissant que détienne l'oppresseur, c'est la pensée de l'opprimé'' S. BIKO

 

Hier, le 19 août 2018, plusieurs compatriotes ont lu ceci dans La Libre Afrique : ''Preuve que l’annonce de la non candidature de Joseph Kabila pour un nouveau mandat présidentiel n’a pas démobilisé les pays de la région, la SADC a décidé d’envoyer l’ancien président sud-africain Thabo Mbeki pour jouer les observateurs et/ou les démineurs en République démocratique du Congo.'' (https://afrique.lalibre.be/23263/thabo-mbeki-envoye-de-la-sadc-en-rdc-et-dans-les-grands-lacs/)

Il semble que les violons s'accordent de plus en plus pour que ''l'opposition congolaise'' présente une seule candidature à la prochaine élection présidentielle piège-à-cons. Les négociations sur cette question iraient bon train. Cela étant, beaucoup d'autres questions peuvent être soulevées par cette candidature unique. A quel projet de société ou programme de gouvernement va-t-elle répondre ?

Quelle idéologie va-t-elle défendre ? Quels seront ses fondements anthropologiques et culturels ?