Dossiers
lundi novembre 19, 2018
Register

 

''Ils nous dominent plus par l'ignorance que par la force'' S. BOLIVAR

Depuis quelques mois, un ballet diplomatique s'observe au Rwanda. Russes, Chinois et Indiens vont chez Paul Kagame et signent des accords. Ils visitent ''le mémorial du génocide'' et livrent des messages. La Russie, la Chine et l'Inde font partie à la fois des BRICS et de l'OCS (organisation de coopération de Shanghai). Ces pays passent au Rwanda au moment où ''une résistance rwandaise'' s'organise contre Paul Kagame. Qu'est-ce que cela voudrait bien dire ?

''Ils ont des yeux et ne voient pas ; des oreilles et n'entent pas''

Plusieurs compatriotes ont applaudi ''Alias Joseph Kabila'' quand, dans sa dernière logorrhée (du 19 juillet 2018), il a donné l'impression de s'en prendre à ceux qui ont assassiné ''la démocratie ici (au Congo) et ailleurs'' (sans dire pourquoi, comment ils ont procédé et avec quels sous-traitants ou nègres de service ils ont travaillé). Ces compatriotes et peut-être plusieurs autres ne semblent pas avoir saisi les deux appels de pied fait par ''leur raïs 100%'' aux ''nouveaux cercles du pouvoir'' ayant fait de lui ''l'un des négriers des temps modernes au Congo''.

Comme prévu, le débat émotionnel suscité par l'adhésion d' Elikya Mbokolo au FCC a effectivement eu la durée d'un feu de paille. Tant mieux ! N'empêche qu'il soit venu rappeler aux plus amnésiques d'entre nous que la guerre raciste de prédation et de basse intensité menée perpétuellement contre le Congo-Kinshasa est prioritairement une guerre contre l'intelligence.

 

« Les esclaves forgent continuellement leurs propres chaînes » M. HORKHEIMER

En octobre 2016, une ONG américaine dénommée Enough Project a produit un travail remarquable sur le Congo-Kinshasa, abusivement appelée ''République Démocratique du Congo''.