Dossiers
vendredi février 21, 2020
Register

Il est parfois étonnant de remarquer que plusieurs journaux de notre pays se limitent à commenter l’actualité telle qu’elle est faite par les tenants du pouvoir sortant (ou ayant fait le coup d’Etat administratif après les élections chaotiques de novembre et décembre 2011) sans faire de lien avec ce qui se vit et est dit sur notre pays sous d’autres cieux. Ce faisant, ils aident difficilement leurs lecteurs à avoir une vision plus ou moins lucide de notre histoire collective. Pourtant, une certaine efficacité de nos actions à impact visible sera liée à la maîtrise que nous aurons de cette histoire.

La Direction Générale de Migration, DGM en sigle n’est autre que la police aux frontières du Congo Rd à démocratiser. Héritière des services d’immigration et des renseignements du mobutisme où l’on ne rencontrait que des Ngwandi (tribu de Mobutu) et autres ressortissants de la province de l’Equateur, il faut aujourd’hui faire patte blanche pour appartenir à ce nouveau corps de sécurité du kabilisme : être Katangais (originaire de la province du Katanga), Rwandais pour ne pas utiliser le terme de tutsi congolais qu’on tente de nous imposer si carrément on ne parle pas swahili.

 

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, devrait ordonner immédiatement l'arrestation du général Bosco Ntaganda et le transférer sans tarder à La Haye pour qu'il soit jugé de manière équitable, a déclaré aujourd'hui Human Rights Watch. Bosco Ntaganda fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre. Human Rights Watch a diffusé une vidéo contenant des récits de témoins des crimes qui sont reprochés à Ntaganda.

 

La Grèce, berceau de la démocratie occidentale et classée parmi les 30 pays les plus riches du monde jusqu’en 2008, est devenue un pays des « paresseux », soumis aux mesures d’austérité prônée par la Troïka (Commission européenne, Banque Centrale Européenne et FMI) bénéficiant des complicités internes. Imaginons un seul instant que le Congo (RD) notre pays est passé –et ce n’est pas encore terminé- par les fourches caudines des IFI à deux reprises ! Cela en plus des deux génocides dont ses filles et fils ont été l’objet. Quand nous nous auto-flagellons, nous oublions de revisiter notre histoire et celle des autres peuples victimes des complots internationaux. Nous oublions que nous sommes un peuple d’avenir.