Dossiers
mercredi mars 20, 2019
Register

Zoé Kabila Mwanza Mbala, 32 ans, frère de Joseph Kabila Kabange, est engagé dans une folle course à l’enrichissement et contribue à travers ses nombreuses activités maffieuses à la criminalisation de l’économie nationale. Député élu de Manono aux dernières législatives de novembre 2011, Zoé Kabila ne se contente ni des participations à hauteur de 30 voire 40% qu’il détient dans plus d’une entreprise minière au Katanga dont les gestionnaires sont des Sud-Africains, ni du commerce du coltan de Walikale dont l’exportation est assurée par ses propres avions cargos, des Antonov 32 améliorés basés à Goma.

On sait que lorsque les CLCR terminent leur travail de compilation, les rapports ainsi que les PV de compilation et les « pièces jointes » sont envoyés au SEP qui veille à la transmission à la CENI centrale pour la suite de la procédure. Le problème soulevé ici est celui des pouvoirs qu’a la CENI (SEN et Bureau) dans le traitement ou la gestion des dossiers qui sont ainsi transmis.
Certes, la CENI nous a habitués à s’octroyer des pouvoirs exorbitants tout au long du processus en cours. Mais, force est de constater que, par rapport aux résultats électoraux, la loi ne permet pas à cette institution de faire ce qu’elle veut ; en particulier, comme l’a dit sont président ulcéré par les pressions directes et menaçantes qu’il subit de la part de la hiérarchie du PPRD, la CENI ne peut ni « faire élire » un candidat ni, ajoutons le, œuvrer pour qu’un candidat élu ne soit pas proclamé tel, de façon générale elle ne peut se permettre de favoriser ou défavoriser un candidat, son rôle, et le président Ngoy Mulunda l’a dit, est d’organiser au mieux possible les élections et de communiquer à travers les résultats chiffrés la volonté des citoyens électeurs. Disons qu’elle ne peut pas, ni à travers ses structures subalternes, par exemple, les CLCR, ni au niveau central, avoir un impact sur les résultats tels qu’ils ressortent du dépouillement.

A. L'arrêt de la CSJ est inopposable pour vices de forme

Notre Association dénonce le fait que la Cour Suprême de Justice (CSJ) n'ait pas notifié in limine litis, aux neufs autres candidats à l'élection présidentielle, la requête en annulation des résultats provisoires de l'élection présidentielle du 28 novembre 2011 introduite par Monsieur KAMERHE LWA KANYINGINYI Vital en date du 12 décembre 2011. Ceci conformément à la loi électorale telle que rappelée par Monsieur Jérôme KITOKO KIMPELE Premier président de la CSJ, dans sa note circulaire n° 014 du 27 septembre 2011 relative à la non-admissibilité de la procédure de tierce opposition en matière de contentieux électoral, en ces termes:

Dans deux jours, le 17 janvier 2012, les patriotes Congolais célébreront le Cinquante-unième anniversaire de l’assassinat de notre héros national, Patrice-Emery Lumumba. Assassiné par les forces impérialistes et « leurs nègres de service », Lumumba demeure une figure historique Congolaise à revisiter régulièrement. La reconduction de l’histoire telle qu’elle est écrite officiellement à Paris, Londres, Washington, Bruxelles, etc. jette souvent une bonne part d’ombre sur cet « intellectuel subversif » ayant réussi, en bon autodidacte, à maîtriser les enjeux des guerres impérialistes au Congo et en Afrique.