Dossiers
samedi janvier 20, 2018
Register

(Etre informé est un droit citoyen. Les médias dominants et leurs apparentés étant souvent au service des « maîtres du monde et de ceux qui leur obéissent », nous avons choisi de nous en passet et d’avoir une information fiable à partir du front de l’Equateur nous. Nous avons accepté de nous briser  en mille morceaux (ce samedi 12 décembre 2009) pour avoir notre information à nous. Mettant entre parenthèse notre propre point de vue sur ce qui se passe à l’Equateur, nous revenons sur  ce front à travers cinq petites  questions posées aux « Patriotes Résistants ».)

Qui est-ce qui inquiète Kinshasa au sujet du front de l’Equateur ?

 

Plusieurs  soldats congolais qui arrivent au front ne veulent pas se battre contre leurs frères. Ils les rejoignent. Le bateau transportant les armes et récupéré avait à  son bord des compatriotes qui ont rejoint les « Patriotes Résistants ».

 

Nommé ministre de la Justice et garde des Sceaux au sein du gouvernement dirigé par Adolphe Muzito, le professeur Luzolo Bambi a fait de la traque des jeunes gens qui sèment la terreur dans certains quartiers de Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, son cheval de bataille. Pour mener son action, les autorités politico-administratives ont été sensibilisées. Ainsi, par exemple, les bourgmestres de vingt quatre communes que compte la ville de Kinshasa ont été placés devant leurs responsabilités.

Jette. Paroisse Saint Pierre. Il est 15h 30 ce dimanche 29 décembre 2009 quand Mgr Emmanuel Bernard Kasanda Mulenga, Evêque de Mbuji-Mayi, accède à l’église par la porte principale et s’emploie à saluer individuellement les fidèles présents avant de gagner la sacristie et d’en sortir à 16 heures, heure du début de la messe, à la tête d’une dizaine des prêtres congolais résidant en Belgique et de concélébrer avec eux la messe.

Situant la messe d’action de grâce dans le contexte de sa nomination en qualité d’Evêque de Mbuji-Mayi par le pape Benoît XVI, Mgr Emmanuel-Bernard Kasanda a esquissé le volet pastoral de son action en soulignant que le champs du Seigneur est immense et qu’il compte s’entourer des collaborateurs choisis en fonction de leurs compétences. L’Evêque de Mbuji-Mayi a affirmé qu’il entend travailler avec tout le monde et que les responsabilités ne seront pas la chasse gardée de ceux qui peuvent prétendre être ses amis et ou proches. Aussi, a-t-il relevé qu’aucune démarche n’est nécessaire pour être parmi les élus.

Un plan en marche : brûler le Congo petit bout après petit bout

 

Monsieur « Joseph Kabila Kabange »,

 

Le drame  sécuritaire et humanitaire au Kivu et aujourd’hui dans l’Equateur nous préoccupe au plus haut point. Cette extension meurtrière est un signe que tout observateur intéressé par la question congolaise est appelé à interpréter comme un présage d’une montée en puissance de la réalisation d’un plan concerté pour continuer à mettre à genoux notre patrie et humilier davantage son peuple. Nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale que votre gouvernement apporte sa caution à des situations qui révoltent tout être épris d’humanité. Pour preuve, nous rapportons ici les propos du Porte parole de votre gouvernement, en la personne de Monsieur Lambert Mende qui affirme, contre la réalité du terrain que «  la situation est sous contrôle en Equateur, et que l’autorité est effective dans le Nord Kivu ». Dans le Kivu, le retour massif et incontrôlé des « réfugiés congolais » en provenance du Rwanda, ne disposant d’aucun document pouvant réellement attester de leur statut de réfugiés au Rwanda ainsi que de leur nationalité congolaise, aura des conséquences terribles dont vous serez seul responsable devant l’histoire.