Dossiers
dimanche avril 30, 2017
Register

« L’outil le plus puissant que détienne l’oppresseur est la pensée de l’opprimé » S. BIKO

La complexification des enjeux face auxquels le Congo-Kinshasa est placé depuis  son indépendance nominale  nous semble être  un exerce de l’esprit auquel s’adonnent ‘’les experts’’ de  la narration impérialiste et néocolonialiste de  l’Afrique.  L’enjeu congolais est simple : créé comme un réservoir de matières premières, il doit le demeurer ad vitam aeternam pour ses créateurs aux dépens de ses filles et fils. Pour diriger ce pays, il faut, selon la logique de ses créateurs être ‘’un mercenaire’’, ‘’un nègre de service’’ ou ‘’un acteur gouvernemental apparent’’.

A peine mis sur pied, ‘’le réveil des indignés’’ congolais est dans le collimateur de ‘’la police politique’’ de la ‘’kabilie’’. Les membres de  ce ‘groupe’’ viennent d’être inquiétés par cette ‘’police politique’’. Ils sont intimidés et invités  à l’apathie. Le fait qu’ils aient affirmés qu’ils sont prêts au sacrifice suprême pour refonder le Congo-Kinshasa sur une matrice organisationnelle  mettant l’accent sur l’intérêt général, cela dérange terriblement cette ‘’kabilie’’ ayant pris en otage les masses populaires congolaises depuis  qu’elle s’est fabriquée ‘’une économie de guerre’’ à travers ses  ‘’réseaux d’élite’’.

 

’’Nous ne sommes pas seuls. L’Afrique, l’Asie et les peuples libres et libérés de tous les coins du monde se trouveront toujours aux côtés de millions de congolais qui n’abandonneront la lutte que le jour où il n’y aura plus de colonisateurs et leurs mercenaires dans notre pays.’’   Patrice  Lumumba 

Il est quand même curieux que les USA aient mis plus de 50 ans avant d’avouer leur implication dans l’assassinat de Lumumba ! Comment, une grande puissance de son acabit ne s’avoue-t-elle pas immédiatement responsable de ses forfaits ? Pourquoi a– t- elle recouru  à la dissimulation avant de reconnaître, en 2014 son implication dans le renversement et l’assassinat de Patrice Lumumba ? L’empire US compte sur l’amnésie historique et collective  pour se ‘’métamorphoser’’ et se présenter aux héritiers des victimes de ses assassinats comme ‘’sapeur-pompier’’. Et la tactique semble marcher.

« On croit mourir pour la patrie, on meurt pour l’industrie’’ A. France

Une déclaration de l’Assemblée Episcopale Provinciale publiée le 23 mai 2015 et intitulée ‘’Notre  cri pour le respect absolu de la vie humaine’’ semble être passée inaperçue pour plusieurs d’entre nous. Les questions liées au ‘’dialogue’’ et aux élections mobilisent le débat citoyen au point de conduire plusieurs d’entre nous à oublier qu’une partie du Congo-Kinshasa fait face à  « une terreur d’épuration systématique des personnes, à une stratégie de déplacement forcé des populations en vue d’occuper progressivement leurs terres et à une installation des foyers d’intégrisme religieux et des bases d’entraînement terroriste », souligne cette  déclaration. Et elle ajoute : « Tout cela se passe dans un contexte d’une mafia économique et d’un affairisme politico-militaire alimenté par les pillages à grande échelle d’abondantes ressources naturelles : minières, forestières, animales et pétrolières. »