Dossiers
lundi juillet 23, 2018
Register

Demain, il y aura affrontement entre l'intelligence humaine et l'intelligence artificielle. Cette guerre a déjà commencé aujourd'hui. Il est nécessaire de pouvoir occuper utilement ''le terrain de la pensée''. Cette guerre se mènera dans le contexte de la mondialisation. Ce paradigme mérite d'être maîtrisé. L'une de ses caractéristiques est d'avoir fait du monde ''un petit village''. La circulation des personnes humaines n'a pas encore atteint la même vitesse que celle des capitaux. Celle-ci a atteint une vitesse vertigineuse. Néanmoins, de plus en plus, des ''citoyen(ne)s du monde'' augmentent en nombre. Cette citoyenneté (souvent) constitutionnelle n'en fait pas des êtres éthérés. Ils ont leurs pieds sur terre. Ils savent que la terre-mère est d'abord et avant tout enracinement, orientation, identité (première et non meurtrière). Ils n'ont cependant pas peur d'une identité riche de sa pluralité. Ces convictions constituent la matrice orientatrice de toutes leurs actions. Elles n'ont pas besoin d'être partagées par tous leurs compatriotes pour qu'ils créent des espaces de coopération et de synergie pour des actions mutualisées.

Quand notre compatriote, Eliezer Ntambwe analyse l'actualité de notre pays, il lui arrive de poser des questions pertinentes et d'interpeller les consciences congolaises. Néanmoins, plusieurs de ses vidéos indiquent que le constat ne suffit pas. Il est temps qu'il réponde davantage à la question du ''pourquoi'' .Il vient de commenter l'arrestation de Gecoco Mulumba en évoquant ses réalisations comme ''député'' (https://www.youtube.com/watch?v=TpFYmeuw2BI). Mais il ne réussit pas à s'expliquer pourquoi ce ''député '' ayant réussi à réaliser des ''actions concrètes'' sur terrain peut être arrêté pour ''outrage au chef de l'Etat'', sans ''jugement'' et sans soutien de sa ''base''.

Quelque chose de gravissime se passe au Congo-Kinshasa depuis plus de deux décennies. Il s'agit de la destruction des corps des millions des Congolais(es). Contrairement à l'impression que pourrait donner la dernière vidéo diffusée par HRW (http://www.rfi.fr/afrique/20171204-hrw-accuse-rdc-s-etre-servie-m23-repression-decembre-2016?ref=tw_i), l'implication des mercenaires du M23 dans l'oppression et la répression des Congolais(es) n'est pas un phénomène récent. Elle participe de la guerre perpétuelle raciste, de basse intensité et de prédation organisée contre le Congo-Kinshasa depuis plusieurs décennies. Cette guerre est entretenue et poursuivie par ''deux psychopathes en chef'', choisis à dessein par ses commanditaires. Ils ont réussi à s'associer des ''psychopathes par soumission''. Qui dit psychopathe ne dit pas nécessairement une personne en panne d'intelligence. ''On dit plus souvent qu'une personne est psychopathe lorsque sa personnalité porte des traits impulsifs immatures, avec une certaine instabilité plus ou moins prononcée des émotions pauvres, voire inadaptées. Le psychopathe habituellement présente des caractères anti-sociaux et des difficultés relationnelles.''

Quand les compatriotes s'en prennent les uns aux autres, ils passent à côté de la nature de la guerre livrée contre notre pays. Elle est une guerre de la mondialisation pour ne pas dire mondiale. Les multinationales oeuvrant dans plusieurs pays du monde y sont impliquées. Plusieurs se situent à plus de 8000 Km du Congo-Kinshasa. Les connaître exige, par exemple, de lire un Canadien de la trempe d'Alain Denault (et ses amis) quand il écrit ''Noir Canada''. Ou un congolais vivant au Canada, Patrick Mbeko, quand il écrit ''Le Canada dans les guerres en Afrique centrale''. Ou encore un français, Pierre Péan, quand il écrit ''Carnage. Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique''. Ou enfin, Michel Collon, quand il publie ''Bush, le cyclone''.