Dossiers
samedi août 19, 2017
Register

« Kandindi mwinu fitutu ka nlukanga. Kwamba tshiakabidi, nkumvua bimpe » Prov. Luba(Bis repetita placent)

Une usine de traitement du coltan va être construite au Rwanda. Elle pourrait être opérationnelle dans huit mois ; c'est-à-dire en 2017. Il y a aussi une coïncidence pouvant donner à penser. L'usine pourrait être opérationnelle à la mi-2017. Au Congo-Kinshasa, ''les élections dites démocratiques'' ne pourront pas avoir lieu avant 2017. Est-ce un hasard ? Sous peine de nous tromper, nous ne croyons pas que cela puisse être un hasard. Cette usine ne pourra être réellement opérationnelle qu'avec le maintien d'un ''Cheval de Troie'' du Tutsi Power à la tête de l'Etat failli congolais. Qui sera-t-il ? JOKA ou un autre.

Un distraction est en train d'être créée à l'Est du pays. Un faux procès destiné à détourner l'attention des Congolais(es) d'un fait déstabilisant les ennemis et adversaires internes et externes du Congo-Kinshasa. La montée de la résistance congolaise à l'intérieur et à l'extérieur du pays les perturbe. Ils se préparent à passer à la vitesse supérieure.

Quand le gouverneur du Kasai Central lit le communiqué sur la mort du Chef coutumier Kamwina Nsapu, il n'explicite pas les raisons pour lesquelles il est tombée sous les balles de la police politique du ''conglomérat d'aventuriers'' ayant pris le Congo-Kinshasa en otage depuis la guerre de l'AFDL. C'est en écoutant une vidéo sur l'échange de ce véritable chef coutumier avec son peuple et un élément audio (que Congoone) va rendre disponible que nous avons saisi le sens de la lutte de ce digne fils du Kasaï Occidental. Il est mort pour une cause noble. Ses erreurs ne l'occultent pas.

 

La classe politique congolaise et les élites organiques et structurantes devraient s'habituer à un échange permanent avec les masses populaires congolaises en vue de pouvoir intégrer les questions qu'elles posent dans le débat politique. La question des terres rurales ne semble pas encore mobiliser suffisamment les politiciens et les intellectuels congolais. Pourtant, la guerre de l'AFDL fut (et est encore) une guerre pour l'occupation des terres congolaises et la balkanisation du Congo-Kinshasa. Le génocide de Beni rappelle que cette guerre n'est pas encore achevée. Elle se déroule sur un temps long. Elle est aussi une guerre d'usure.