Dossiers
lundi juillet 23, 2018
Register

Rendre une mémoire vivante, la visiter et la revisiter pour y rester fidèle, cela est possible là où les mots et les engagements ont un sens.

''On ne lutte pas en se cachant'' F. CHEBEYA

''Le petit reste du génie congolais'' est toujours au boulot. Bien que les réseaux sociaux soient une machette à double tranchant, ils parviennent à nous livrer de petites informations nécessaires à la compréhension de ce qui se passe dans notre pays. De temps en temps, sur twitter, nous avons des images ahurissantes : '' Un politicard en meeting comptant des billets de banque en dollars, des jeunes se disputant les billets de banque qui leur sont jetés, des mamans mécontentes de n'avoir pas touché l'argent qui leur a été promis avant de ''faire le plein'' au cours d'un meeting, etc.''

Identifier les acteurs d'une lutte ou d'une guerre en les nommant, en étudier les causes exogènes et endogènes, les causes historiques et matérielles, les conséquences anthropologiques liées à la régression qu' elle engendre, cela ne signifie pas s'exonérer de ses propres responsabilités. Encore faudrait-il que ces responsabilités puissent être établies à différents niveau. Il y a, entre autres, le niveau individuel et le niveau structurel. Et les études conduites dans ce sens devraient être sérieusement documentées, ''sourcées''.

Certains de nos politiciens ont fini par savoir que le soutien dont jouit alias ''Joseph Kabila'' auprès de ''la communauté occidentale'' tient encore. Malheureusement, ils entretiennent une confusion terrible entre ''les anglo-saxons'' et ''la communauté internationale''. Et savoir n'est rien, comme disait Martin Gray, si ce que vous savez ne devient pas votre sang.