Tribune Libre
dimanche mai 19, 2019
Register

Nous, députés de l’opposition au sein de l’Assemblée nationale congolaise, faisons la déclaration dont la teneur suit, en réaction à la feuille de route de la Commission Electorale Nationale Indépendante, CENI.


Nous constatons, avec regret, que Monsieur Malumalu, désigné à la tête de la CENI en dehors du mandat de sa confession religieuse (l’église catholique) veut induire la classe politique et toute la Nation en erreur, comme ce fut le cas en janvier 2011 lorsqu’il avait proposé l’élection du Président de la République à tour unique pour raison de budget.
 
En effet, la feuille de route proposée par la CENI viole intentionnellement la Constitution en ce qu’elle intègre certaines propositions faites par le Président Kabila, notamment celle concernant l’élection des députés provinciaux au suffrage indirect, ce qui revient à la révision des articles verrouillés de la Constitution.
            Monsieur Malumalu a déjà commencé la tricherie, en violant la loi quant au recrutement et à la mise en place des agents de la CENI. Aucun appel à candidature n’a été fait pour recruter le personnel de la CENI. Curieusement, il a fait appel à ses amis pour occuper les postes importants du Secrétariat exécutif national de la CENI.
            Les indices de tricherie sont aggravés par le fait qu’aucun préalable nécessaire à la poursuite du processus électoral, tel que recommandé par toutes les missions d’observations des élections du 28 novembre 2011, n’a fait l’objet des préoccupations de la CENI, notamment l’audit du fichier électoral, le respect strict de la loi électorale et l’amorce d’un dialogue constructif entre toutes les parties prenantes en vue de la construction d’un consensus.
 
Il est donc clair que monsieur Malumalu ne donne aucun gage de transparence et de neutralité dans le travail de la CENI, au contraire il démontre son inféodation à la mouvance kabiliste et de ce fait ne mérite pas notre confiance. Sa feuille de route est faite pour éviter, à tout prix, la tenue de l’élection présidentielle en 2016.
 
Vu tout ce qui précède et compte tenu de l’expérience malheureuse que nous avons  vécue lors des élections de 2006 et 2011, nous récusons Monsieur l’Abbé Malumalu à la tête de la CENI car il n’est pas digne de confiance.
 
Nous demandons  à la communauté nationale et internationale de prendre acte de notre décision et nous exigeons la tenue d’un dialogue franc et sincère entre toutes les parties prenantes pour examiner la situation en vue de prendre ensemble des orientations communes pour le processus électoral. Et nous réitérons notre position qui consiste à n’accepter aucune révision des articles verrouillées de la Constitution et la tenue de l’élection présidentielle en 2016.
 
Fait à Kinshasa, le 30 janvier 2014
 
1. Hon. Fabien Mutomb
2. Hon. Alexis Lenga wa Lenga
3. Hon. Bitakwira B. Justin
4. Hon. José Makila
5. Hon. Franck Diongo
6. Hon. Martin M. Fayulu
7. Hon. Mayo Mambeke
8. Hon. Emery Okundji
9. Hon. André Masumbu Baya
10. Hon. Mukeba Kande Bruno
11. Hon. Kolela Yahanu Jean
12. Hon. Mbindule Mitono C.
13. Hon. Ambatole Nyengele
14. Hon. Jean Bertrand Ewanga
15. Hon. Koloso Sumaili
16. Hon. Mulongo Nzemba Coco-Jacques
17. Hon. Isofale Rontoko
18. Hon. Nzangi Ngelengbi
19. Hon. Kadja
20. Hon. Aundagba Freddy
21.Hon. Bokumwana Elysé