Tribune Libre
mardi mai 21, 2019
Register

D'après un article publié ce jour sur le site Internet de la Radio Okapi (*) Monsieur Crispin KANKONDE assumerait les fonctions de Président intérimaire de la Commission électorale indépendante (CEI).  Par ailleurs, cette institution dont l'existence légale est discutable au tant au regard de la Constitution de la République Démocratique du Congo que de la Loi n° 04/009 du 5 juin 2004 portant organisation, attributions et fonctionnement de la Commission électorale indépendante envisagerait de reprendre les opérations de révision du fichier électoral dans quatre provinces le 19 mai 2010.

Joseph Kabila, le président de la République démocratique du Congo, RDC, a fait beaucoup de bruit autour de la nécessité de mettre fin à la culture dommageable de l’impunité qui se répand dans le pays.

Mais, lorsque l’on voit ceux qui sont accusés d’atrocités être récompensés par de hauts postes au sein de l’armée plutôt que d’être jugés, il est difficile de croire qu’il est sérieux.

L’impunité est l’une des principales raisons du conflit continu dans l’est de la RDC, et le fait de récompenser les criminels de guerre allégués plutôt que de les punir envoie un message très dangereux.

Cela entretient le ressentiment parmi les victimes d’atrocités, qui méritent de voir la justice rendue, et renforce le sentiment des commandants rebelles qu’ils peuvent opérer sans être tenu responsables de leurs actes.

Cependant, les choses pourraient commencer à changer.

Monsieur Apollinaire MUHOLONGU MALU MALU
4471, boulevard du 30 juin (immeuble ex BCCE)
Kinshasa/Gombe
République Démocratique du Congo

V/Réf. :                  N/Réf. : aprodec/010/CEI/1                        Annexe(s) : 4

Concerne : légalité de l’existence de la Commission électorale  indépendante au regard de la Constitution de la République Démocratique du Congo 

L’Union Africaine réunie du 10 au 12 juillet 2003 à Maputo (Mozambique) a consacré les principes suivants qui fondent son action :

 

  • « l'égalité, la souveraineté et l'interdépendance des Etats »
  • le strict « respect des frontières »
  • la « non –ingérence » et l’interdiction « d'user de la force ou de menacer de la force un autre Etat membre ».