Actualités
mercredi mai 22, 2019
Register

Il y a lieu de se demander si le gouvernement de Joseph Kabila est composé des Congolais ou des mercenaires étrangers. Cette question a toute son importance au regard du rapport de la Commission économique et financière (ECOFIN) de l'Assemblée nationale que Congoone se fait le devoir d'exploiter à fond pour assurer le droit du peuple à l'infoprmation et assumer ainsi sa part du contrôle social reconnu aux médias.

 

On savait que la Société minière de Bakwanga, MIBA, a été saignée à blanc par le gouvernement des Kabila sous prétexte de l'effort de guerre au moment où la Gécamines n'était plus que l'ombre d'elle-même.

 

Pendant que les fonctionnaires ne sont pas payés, ou quand ils le sont c'est par « délestage », pendant que l'eau potable et l'électricité sont encore et toujours aux abonnés absents, même à Kinshasa, les membres du gouvernement continuent à s'adonner à ce qu'avec une belle pointe d'ironie des Kinois qualifient de sport national, à savoir le détournement à large échelle,

Retenez votre souffle! Car de Mobutu aux Kabila, le véhicule Zaïre-Congo est resté le même en dépit du changement des chauffards.

Au cours d'un massacre qui a duré quatre jours en décembre 2009 et qui n'avait pas encore été documenté, l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) a tué au moins 321 civils et enlevé 250 autres personnes, dont au moins 80 enfants, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui. Ce massacre a été perpétré dans la région de Makombo, située dans le Nord-est de la République démocratique du Congo.

« Le massacre de Makombo est l'un des pires jamais commis par la LRA dans ses 23 ans d'histoire sanglante, pourtant il n'a pas été signalé pendant des mois », a souligné Anneke Van Woudenberg, chercheuse senior pour la division Afrique à Human Rights Watch. « Ces quatre jours d'atrocités démontrent que la LRA reste une menace grave pour les civils et non un groupe affaibli, comme le prétendent les gouvernements ougandais et congolais. »

Quand nos journalistes rendent comptent de ce qui se passe chez nous, il arrive que leurs chroniques ne posent pas les questions de fond  liées à l’occupation de notre espace vital par ceux qui, jusqu’à ce jour, sont « des amis » des escadrons de la mort de Paul Kagame. Qu’est-ce qui expliquerait le fait qu’après avoir formé et armé « ces tueurs Tutsi » qui ne cessent de semer la mort chez nous, les Etats-Unis décident, tout à coup, à partir d’Africom, de former les militaires Congolais ? Est-ce pour contribuer à la sécurité de notre espace vital ou garantir leurs intérêts platement économiques ? Où est-ce que, à travers leur histoire, les Etats-Unis, ont déjà participé à la promotion de la sécurité d’un peuple souverain ?