Actualités
mercredi juillet 24, 2019
Register

Un nouveau gouvernement resserré de 43 ministres et vices- ministres contre 53 dans l’équipe précédente a été rendu publique vendredi 19 février courant tard dans la soirée. Si certains ministères ont été regroupés, les ténors de l’ancienne équipe sont presque tous restés à leurs postes. Une autre particularité, la disparation de la nouvelle équipe gouvernementale du Vice-ministre des Affaires Etrangères chargée des Congolais de l’Etranger, notre consœur Colette Tshomba Tundu. Pierre Lumbi Okongo, l’homme orchestre des contrats signés avec les chinois devient le conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité alors que l’ancien Dircab du Bureau présidentiel Adolphe Lumanu devient Vice-premier ministre de L’Intérieur et de la Sécurité du Territoire. www.congoone.net en a fait un large écho dans son édition du 20 février.

 

Le gouvernement de la République démocratique du Congo, composé de 54 ministres et vice-ministres a été ramené à 43  membres aux termes d’une ordonnance présidentielle portant réaménagement de l’équipe gouvernementale promulguée vendredi tard dans la nuit par la télévision officielle.

La particularité de ce remaniement consiste en le regroupement de quelques  portefeuilles et en le maintien à leurs postes des ténors de ce gouvernement dit d’austérité dont Alexis Thambwe Mwamba des Affaires étrangères, Olivier Kamitatu du Plan, Lambert Mende de la Communication et des Médias ainsi que Antipas Mbusa Nyamwisi de la Décentralisation.

Ce mardi 16 février 2010 marque le 18e anniversaire du massacre le dimanche 16 février 1992 des chrétiens qui manifestaient à Kinshasa pour exiger la réouverture des travaux de la Conférence nationale voulue souveraine en vue de conduire le Zaïre sur la voie de la normalisation politique.

Les auteurs intellectuels de ce massacre n’ayant jamais regretté leurs actes, du moins jusque là, Congoone publie, par devoir de mémoire, l’entretien téléphonique entre le premier ministre et le ministre de la Défense zaïrois d’alors, pour signifier aux ex-Zaïrois et singulièrement aux politiques que tout un chacun reste comptable de ses actes et que si on peut tromper tout le monde tout le temps, on ne peut tricher face à sa propre conscience.

L’entretien téléphone en question a été publié en février 1992 par le quotidien Umoja de Léon- Robert Abel Moukanda Lunyama d’heureuse mémoire et deux des rédacteurs de Congoone étaient ses collaborateurs et avaient signé le chapeau dudit entretien téléphone funetse..

Lisez ou relisez plutôt cet entretien téléphonique exceptionnel qui n’a jamais été démenti ni suscité un quelconque droit de réponse de la part de Jean Nguz et ou de Honoré Ngbanda Nzambo ko Atumba alias Honoré Atu.

 

C'est bien une curieuse lecture que la presse kinoise pré-payée(entendez kabiliste) a faite au sujet du récent séjour au Congo à démocratiser de la socialiste Laurette Onkelinx, vice-première ministre et ministre belge de la Santé, qui avait dans son sac un certain Louis Michel, député européen, ancien commissaire européen et ancien ministre belge des Affaires étrangères.


Officiellement, le séjour congolais de l'inamovible ministre socialiste (depuis plus d'une décennie au gouvernement sans interruption, n'est-ce pas la gauche caviar?) était annoncé comme pivotant essentiellement autour du développement des mutuelles au Congo des Kabila. Elle était accompagnée à cet effet des responsables de 3 mutualités belges, socialiste, chrétienne et libérale.