Culture
lundi janvier 25, 2021
Register

Le Dieu du surnaturel (Nzambe ya bikamua en lingala), sera le titre phare du sixième album musical solo de l’artiste de musique chrétienne Nana Lukezo. Cet opus sortira bientôt en CD, VCD et DVD vers le printemps 2013 soit entre avril et juin prochains. Et ce, à partir de Kinshasa en République Démocratique du Congo. Tiré de la langue lingala parlée au Congo-Kinshasa, au Congo-Brazzaville d’en face et dans une partie du Gabon et de la république Centrafricaine, ce titre Nzambe ya bikamua voudrait simplement souligner l’importance de la foi des croyants en ce Dieu qui agit toujours au-delà de ce que l’imagination et l’intelligence de l’homme s’arrêtent.

Ainsi l’artiste musicienne a-t-elle médité sur le SURNATUREL même de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ qui devrait racheter l’humanité déchue lors du péché originel dans le jardin d’Eden. Raison pour laquelle le titre Nungi Lufua (Celui qui a vaincu la mort) tiré de son troisième album a-t-il été remixé aux sons du moment pour faire partie de disque. Ce mystère du SURNATUREL de Dieu sur la mort ne justifie t-il pas du reste la programmation de la sortie officielle à Kinshasa de ce nouveau disque aux alentours de la fête des Pâques 2013 pour ainsi célébrer la résurrection du Christ explique pour sa part le mari et manageur de l’artiste Nana Lukezo, Jean-Claude Tshikangu.

 

Sur ce sujet, Nana Lukezo elle-même insiste et souligne le message central de ce nouvel album musical sur ce Dieu du surnaturel en rapport avec la vie de l’homme dans son quotidien. Avec un message centralisé sur le surnaturel de Dieu, je voudrais souligner le fait que Dieu et le SEUL capable de tout dit-elle… Deux superbes clips vidéo réalisés par la maison «Heaven Above Studio» et Jean Michel Masuku de Londres en Grande Bretagne sont déjà visibles sur la plate-forme internet youtube. Il s’agit de «Nzambe ya bikamua

http://www.youtube.com/watch?v=ALY3n8rAI4A&playnext=1&list=PL848CF1E7375BA1D8&feature=results_main

» et «Nakolanda Yo = Je te suivrais Toi le Messie http://www.youtube.com/watch?v=GjooNJUfw9I&list=PL848CF1E7375BA1D8 sont.

 

Un retour aux sources. Pourquoi avoir choisi Kinshasa pour la sortie officielle de son 6ème album solo alors que les précédents l’ont été à partir de l’Europe où elle vit avec sa grande famille depuis plus de dix ans ? Sa réponse est aussi si simple : Kinshasa est ma ville de naissance et le Congo est ma patrie de sang même si la Belgique est aujourd’hui celle de mon cœur pour m’avoir accueilli avec ma famille. Mes quatre voyages au pays natal dont les deux derniers en 2012 m’ont fait ressentir ce besoin de revenir à mes origines, pis encore en ce moment où mon pays traverse une situation de guerre très difficile qui nous est imposée par des pays voisins et étrangers.

 

Se ressourcer auprès de ses racines est une vraie cure de jouvence pour aller encore plus loin dit-on. Ce retour à Kinshasa a vécu une autre rencontre insolite, celle de l’artiste Nana Lukezo et les membres du groupe Kinoiserie regroupant les Kinois du monde entier et célèbre sur facebook. Ces derniers étaient venus assister aux prises de vue sur le tournage des clips du nouvel album…qui a dit que les amitiés virtuelles sur internet ne pouvaient se matérialiser un jour dans le physique !

C’est de la politique que vous faites lorsque vous parlez de ce qui se passe à l’Est du Congo sans que personne ne bouge ? Loin de moi et de là car que l’on fasse de la politique dans le vrai sens du terme ou non, la politique s’occupe de vous réplique Nana Lukezo. Cela fait plusieurs années que comme beaucoup d’autres compatriotes congolais, je joignais ma voix dans la dénonciation de ces massacres, ces pillages et autres crimes des viols commis dans cette partie Est de mon pays avec les deux provinces martyrs du Nord et Sud-Kivu. C’est ce qui du reste avait permis ma collaboration avec MSF Belgique dans la tenue d’un certain nombre des concerts à travers la Flandre et dont les recettes furent entièrement consacrées à cette cause.

 

Le coté cœur de Nana Lukezo ne s’arrête pas qu’aux victimes injustes de la guerre de l’Est du Congo. Elle a aussi une pensée pour les enfants abandonnés et orphelins de sa ville natale de Kinshasa. Raison pour laquelle, elle a contribué à la recherche des dons auprès de toutes les bonnes volontés pour le compte de l’ONG AMJC (Assistance à la Malnutrition Juvénile au Congo RDC) de Nelly Tshikangu (www.youtube.com/watch?v=YFPjCuxuzCsm). Des concerts de soutien à  cette action furent organisés en Europe notamment à Bruxelles pour récolter des fonds et des dons pour venir en aide aux orphelins et autres enfants de la rue qui sont nombreux dans notre capitale nationale. Appel du reste lancé à toutes les bonnes volontés d’où qu’elles soient et qu’elles viennent pour soutenir ce genre d’initiative.

 

Autre coté particularité de ce nouvel album, les 14 titres sont tous chantés dans les quatre langues nationales du pays à savoir le Kikongo, le Lingala, le Tshiluba et le Swahili. Est-ce pour une raison particulière ce choix ? Oui et non répond l’artiste : après mon 5ème album complètement en français et destiné aux francophones du monde, il me fallait un clin d’œil aux enfants et au peuple de mon pays dans nos propres langues pour renforcer encore cet esprit et ce sentiment d’unité et de cohésion nationales en cette période si difficile.

 

Nakolanda yo (Je te suivrais), Naponi Yo (Je t’ai choisi), Litatoli (Témoignage), Lisiko na ngai (Mon salut), Batela kondima na ngai (Garde ma foi), Mfumu Yesu (Jésus Roi), Ndi nkulambula Mfumu wanyi (Je te sacrifie à toi mon Seigneur), Nungi lufua (Il a vaincu la mort), Taleti mbanza (Regarder cette Cité) ; Azali na bomoyi lelo lobi libela (Il est vivant aujourd’hui, demain et éternellement), Yawhe simba ngai (Yawhe soutiens moi), Sikiya (Entend moi), Ya Yesu Elonga (Jésus vainqueur)…

 

Ce disque véritable compil en quatre langues nationales du Congo revisite quelque titres phares remixés des précédents albums comme Nungi Lufua, Jésus ma Référence, Jésus Ma Haute Retraite etc.… Les 14 titres composant ce disque plairont sûrement au public chrétien et autres mélomanes à cause des nouveaux sons rendus capables avec les nouvelles technologies de l’information. On note par exemple Yawhe simba ngai (Yahvé garde moi) repris en mémoire de cet autre grand artiste musicien chrétien, le pasteur Blaise Sakila décédé subitement dans son sommeil en janvier 2012 à Kinshasa et pour qui Nana Lukezo avait beaucoup d’amour, d’amitié et d’estime souligne-t-elle avec des larmes dans ses yeux.

 

La  sortie de ce nouvel album qui coïncide avec les 20 ans de sa carrière dans la musique chrétienne sera ponctuée sur place à Kinshasa d’un concert d’amitié avec VODACOM, un des leaders dans la téléphonie au Congo-Kinshasa. C’est le jeune et néo producteur Pierrot NKE de la maison NP Productions qui a en charge la production de ce nouvel opus de Nana Lukezo qui sera pour lui une première d’une artiste déjà connue sur le marché.