Diaspora
samedi janvier 20, 2018
Register

Le régime de ''la kabilie'' a eu recours au principe de la force brute pour empêcher les manifestations prévues par le Comité Laïc de Coordination ce dimanche 31 décembre 2018. Plusieurs compatriotes et hommes et femmes de bonne volonté à travers le monde condamnent cette ''barbarie''. Mais ils semblent oublier que ''la kabilie'' n'en est pas à son premier coup. Surtout, ils n'arrivent pas à dire que ce n'est pas la première fois que ce ''conglomérat d'affairistes'' tue dans les églises et les profane. Depuis la guerre de l'AFDL (et ses parrains anglo-saxons), plusieurs croyants, chrétiens et pasteurs de l'église catholique ont été et sont encore tués à l'Est de notre pays ; dans les couvents tout comme dans les églises.

Un soir, un jeune ami m'appelle au téléphone. Il m'invite à suivre un documentaire sur Glencore sur France 2. Il me dit ceci : ''Père, tout ce que tu m'as toujours dit sur Dan Getler, c'est ce que France 2 est en train de confirmer. Il a suffi que cela passe sur ''un média international'' pour que je puisse croire''. Il n'est pas le seul dans ce cas. Il a suffi que CNN parle de l'esclavage des noirs en Libye pour qu'il y ait, dans la diaspora africaine un lever de bouclier-feu-de-paille. Quand Riccardo Petrella dit que la guerre est une activité économique rentable (http://kasaidirect.net/wordpress/?p=8783), les réseaux sociaux congolais s'emballent et la vidéo est plus de mille fois partagée. Tout comme quand le journal 'Le monde'' révèle le projet nihiliste d'alias Joseph Kabila : ''« Je mourrai d’une balle dans la tête. » Joseph Kabila aime confier à certains de ses visiteurs qu’il pense sa destinée déjà écrite. A 46 ans, le président de la République démocratique du Congo (RDC) n’aurait rien à perdre car, feint-il de penser, sa fin sera tragique.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/12/19/a-la-cour-du-roi-kabila-les-barons-sont-a-la-fois-puissants-et-revocables_5232037_3212.html#Ikq1X2ffPKM050ym.99)

Un jour, au cours d'une émission avec le Pasteur Bobo, il me fait remarquer qu'il arrive que certains mots ou certaines expressions que j'utilise ne soient pas toujours compris par un bon nombre d'auditeurs. Cette remarque n'est pas tombée dans les oreilles d'un sourd. Je l'ai partagée avec les miens et je viens de publier, avec leur concours, ''un dictionnaire pour l'insurrection des consciences''. Il essaie d'expliquer plusieurs concepts et expressions utilisés dans mes articles, dans les livres que j'ai écris ou co-écrit et dans les émissions que j'ai animées les dix dernières années.

C’est une forte déclaration que vient de publier le belge Dominique Ugeux face à la situation plus que préoccupante en République démocratique du Congo qu’il débaptise pour mieux pousser son coup de gueule de république sanguinaire du Congo. 67 ans, politicologue et expert de l’Afrique et singulièrement de la RD Congo depuis 40 ans, Dominique Ugeux attaque en affirmant d’entrée de jeu que s’il écrivait un livre sur Kabila, ce serait à charge comme un procureur.