Diaspora
jeudi avril 02, 2020
Register

Cette expression est revenue souvent dans la bouche des Congolais en 2006 lors de la compagne électorale entre Bemba et « Joseph Kabila ».  Une façon pour eux, pour la plupart de ceux qui l’employaient,  de montrer qu’ils n’avaient pas de choix devant des élections qui leur étaient imposées et vendues par la « Communauté Internationale »,  et comme je l’entends encore aujourd’hui, par ceux que des Congolais ont fini par intériorisés comme étant  « leurs » décideurs.  J’ai vu ou lu quelque part  cette expression « les décideurs du monde ». Le mal n’est pas qu’ils les soient,  c’est-à-dire « décideurs » pour je ne sais qui,  mais le fait que des citoyens congolais, à la limite dépassés et dépités,  l’adversaire a eu raison  de ce type d’hommes, s’y soumettent et les reconnaissent comme tels, choque ma conscience.  Mes pensées s’entrechoquent sans pouvoir se préciser et se fixer.  Il y a toujours une possibilité. Il y a toujours un choix à faire, une attitude à adopter.

En effet, ceux qui vous vendent aujourd’hui les élections  sont les mêmes qui vous les ont vendues en 2006. Et en  2011, même Tshisekedi se fait prendre à l’hameçon.  En 2006, le peuple se dit Jean Pierre Bemba est le fils du pays.  Et le gars avait les mêmes parrains occidentaux que « Joseph Kabila ». Mais les parrains en avaient décidaient autrement.  Leur choix fut « Joseph Kabila » qui reste leur homme.  Ils avaient besoin de Bemba pour faire jouer le jeu démocratique et amener le peuple congolais comme des moutons à  participer nombreux aux élections en vue de pouvoir les légitimer.  En 2011,  Tshisekedi  et les siens  (notre ami Mubake) affirmaient même que les « décideurs » auraient  cette fois-ci compris ce que voulais le peuple congolais.  Voter Tshisekedi et Il passera.  Nenni, Tshisekedi attend toujours et ce jusqu’à ce jour son impérium alors qu’il a eu à solliciter dès le départ le consentement de mêmes « maîtres ».

À deux reprises, la communauté et les « décideurs » de Congolais se sont moqués de la volonté populaire et jamais ils n’en tiendront  compte s’ils ne sentent menacés, si le rapport de force n’est établi.  La preuve, on le voit déjà  avec le NDI.  Ils boutiquent  une autre mascarade électorale et cette fois-ci avec des nouveaux et anciens candidats qui reprennent comme hier encore la même rengaine. On amuse  finalement les Congolais avec un bouc émissaire trouvé. Il s’agit d’un certain  Malu Malu comme si tout dépendait  de ce pauvre Abbé qui lui-même en acceptant de se soumettre à  sa propre instrumentalisation ignore  à peine qui il est.   Malu-Malu , abbé de son état, est d’abord un être humain comme tous les autres, avec ses points forts et ses faiblesses aussi.  Lui ou pas, rien ne changera.  « Joseph Kabila » se présente pour la troisième fois. Il ne peut le faire de lui-même parce que ce garçon n’est arrivé là où il pense qu’il est de lui-même.  Il ne se maintient non plus de lui-même. Ceux qui l’ont fabriqué trouvent encore des raisons de croire en lui parce qu’il est leur homme.  « Joseph Kabila » est un mercenaire et il se trouve où il est en service commandé. Que l’on dise dans quelle langue ?

L’heure est d’engager et de préparer  d’autres candidats pour jouer le jeu de Tshisekedi en 2011 et de Bemba en 2006. Les « décideurs » de Congolais les sortent  fraichement de leur usine. Tous mangent dans les mains de ces décideurs et tous vendent le soutien américain à leur candidature.  Raison ou pas, mais le Professeur Kalele avant de rejoindre le pauvre  Arthur Z'ahidi Ngoma avait écrit un article dont le titre en lingala était révélateur : « KONGO ZOBA ».

Je me suis toujours demandé comment quelqu’un qui possède toutes ses facultés mentales,  qui se veut lucide, et  à qui on proposerait de faire un choix entre deux maux, deux maladies, en choisisse finalement une pour motif qu’elle serait la moindre par rapport à l’autre.  Celui qui vous fait une telle proposition sous-estime votre être et ne vous prend jamais au sérieux car  moindre ou pas, le cholera reste une maladie qui, faute de soins et d’anticorps solides,  peut conduire à la mort. C’est vraiment dommage que les Congolais se destinent à mourir et ce gratuitement.

Elections, Elections, Elections,  ….que ceux qui veulent y aller, ils ont juste le temps de s’inoculer le venin de la mort.  Et ce sera fait pour eux.. Quant à nous, aussi longue que soit la nuit, le soleil finit par luire un jour. Notre combat est ailleurs. Il se résume dans la souffrance, la privation et  non la jouissance et la quête d’une gloire immédiate. Nous avons choisi la voie la plus exigeante et la plus difficile. Celle où rien ne nous est acquis d’avance, ni notre nom, ni celui de notre peuple. Notre devise est de ne rien trouver sur un plateau d’argent. C’est à ce prix sque réside l’avenir de la RD-Congo. La RD-Congo est une conquête ou elle ne le sera jamais.

 

Mufoncol Tshiyoyo

Président National du Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC. R.A.P-en sigle
Mouvement Politico-militaire, 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
004745007236, Facebook : Mufoncol Tshiyoyo