Diaspora
mercredi décembre 12, 2018
Register

Ce jour-là, quand ils sortaient de chez eux , pour l'Église,  et après la prière, chez les Catholiques, chez les Protestants, chez les Kimbanguistes, dans les églises de réveil, tout le monde presque,  les peuples du Congo, de la RD-Congo, se rendaient tous dans la rue, ils prenaient la rue en otage, la coloraient  d'une multitude de couleurs, d'enfants, de jeunes, de vieux , femmes et hommes, et tous animés d'un seul idéal: que vive à jamais la RD-Congo et le destin de l'homme qui y vit , y vivra, et ce, pour des générations. La noblesse des convictions et d’un idéal

Tout le scenario actuel en RD-Congo part, et ce comme par enchantement de Lubumbashi,  quand l’actuel ambassadeur américain se permet, et je me demande finalement où se limite le rôle d’un ambassadeur accrédité dans un État donné, qu’il soit russe, chinois, ou américain, je m’en fous, de rencontrer Katumbi et Kyungu Wa Kumuanza, de s’entretenir avec des leaders politiques congolais qui , dans le cas en espèce, ne peuvent commercialiser politique avec des ambassades étrangères établies sur le territoire national. Et ce quel que soit le motif, pas politique, de médiation entre des hommes politiques congolais. Mais nous sommes au pays des Nègres où tout peut se tolérer sans qu’une voix ne s’élevât pour le dénoncer. Et de la suite de la rencontre au Katanga avec l’ambassadeur américain, personne ne sera surpris par la mise en scène du voyage télé-médiatisé-YouTubé de  Moïse Katumbi qui, il faudra le souligner, n’est juste qu’un simple gouverneur dans le paysage politique congolais actuel, mais dont la maladie s’annonce publiquement et serait même devenue un sujet de commerce politique. Si ce n’est pour la consommation populaire. Plus tard, Katumbi rejoindra Londres, la capitale anglaise qui est en passe de devenir sa base politique. Pourquoi on s’étonnerait quand on se trouve là en face de deux pays anglo-saxons qui ne gênent de s’afficher ouvertement, voire avec allégresse et,  dont la main mise sur la RD-Congo est un secret de Polichinelle. Elle remonte dans le temps mais plus visuelle depuis 1996 avec l’avènement de Paul Kagamé au Rwanda et de l’invasion qui sera suivie de nombreuses guerres d’agression que subit le pays de Lumumba.

Voilà comment on se laisse fabrique un nouveau leader de l’opposition en lieu et place de celui  que personne dans ce camp n’en veut plus

Ce qui est surprenant, et qui des fois peut faire mal, est que tout le monde presque tombe dans le piège. Tout le monde salue et se tait pour ne pas dire s’interroge à peine de ce qui se passe et qui advient en RD-Congo. Que dire ? Doit-on s’énerver ou comme toujours essaye de comprendre son peuple.  En fait, ils ont fait tuer des Congolais comme de la chaire à canon. Et ll ne manquait que cela sur son tableau de chasse et pour triomphe de son leadership.