Diaspora
vendredi septembre 18, 2020
Register

 Il y a une multitude de multinationales opérant dans notre pays depuis la guerre de l’AFDL jusqu’à ce jour. Plusieurs ont accompagné et financé cette guerre d’agression et de basse intensité. Il est important de savoir que ces oligopoles travaillent en réseau avec les institutions financières internationales, les banques, les gouvernements des pays puissants du monde et leurs Etats profonds. Elles font partie des lieux où sont prises les décisions politiques ayant des incidences sérieuses sur la vie sociale, économique, politique, environnementale et culturelle des peuples sans que ceux-ci aient souvent leur mot à dire. En d’autres mots,  elles sont des ‘’centres privés de pouvoir’’ arraché aux peuples  et au secteur public, obéissant au principe selon lequel les droits des entités organiques ont de la prépondérance sur ceux des citoyens. Ce transfert de pouvoir du peuple aux entreprises privées est ce qu’on nomme généralement ‘’le néolibéralisme’’[1]. Cette privatisation du secteur public  porte atteinte aux institutions démocratiques et conduit à la violation de la souveraineté économique, culturelle et politique des pays. Elle favorise l’enrichissement des oligarques d’argent, creuse les inégalités, nuit sérieusement à la croissance et à l’emploi[2], engendre l’appauvrissement et la misère. Dans les pays puissants et néolibéraux, elle opère  sur fond de ‘’la guerre de tous contre tous’’ aux dépens de la promotion de la vie sous toutes ses formes et pour le profit maximal.

Désirer un être du sexe opposé est un fait biologique et naturel sans conteste. On pourrait même dire  mécanique, voire « animal ». Il répond plus à un besoin physiologique donc banal. Et ce  type de  désir,  lorsqu’il est voulu ou conscient, peut, et ce tout dépend,  être à l’origine d’un plaisir ultérieur.

«Une vie de bonheur et de paix, c’est l’espérance de toute personne sur cette terre y compris les croyants qui ajoutent une dimension de victoire dans la leur». Ces propos sont du pasteur J. Didier Kuku Mesa, responsable de l’Eglise Internationale de la Foi Audacieuse (Audacious Faith International Church) au Royaume Uni, précisément en Angleterre dans l’East Midlands à Derby et Nottingham. C’est autour de cette espérance que se situe le rendez-vous 2014  d’Audacious Faith Symposium qui se tiendra à Derby du  27 février au 2 mars. Avec pour thème principal Ta Lutte tire à sa fin (Your Struggle has come to an End) selon l’Evangile de Luc 5 : 5 Simon lui répondit : Maitre, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre; mais, sur ta parole, je jetterai le filet.

Hospitalisée quelques heures avant le départ, la Congolaise dont la troisième tentative d'expulsion a avortée samedi a de nouveau vu son renvoi reporté.