Diaspora
mercredi avril 26, 2017
Register

Plusieurs intellectuels critiques européens prônent depuis tout un temps la fin de l'Euro et la sortie de l'Europe par souci de retrouver la souveraineté nationale et populaire perdues à cause du mondialisme (ultralibéral). Il y a là une convergence de luttes à rejoindre. Comme les personnalités politiques européennes disqualifiées sont, pour la plupart, les parrains des ''rois congolais'', ne faudrait-il pas que la diaspora congolaise rejoigne ''les Nuits debout'' à Bruxelles, à Paris, à Lyon, à Marseille, etc. 

En 1974,  Alain Peyrefitte  mettait un livre au titre ‘’prophétique’’ sur le marché. Il publiait ‘’Quand la Chine s’éveillera…le monde tremblera’’[1]. Par ce lire, il jetait  des ‘’regards (critiques) sur la voie chinoise’’ et semblait avoir  saisi dans ‘’la révolution culturelle’’ les germes d’un autre Chine.  Plus de  trois décennies après  la publication de ce livre, la Chine est devenue la première puissance économique (2015). Elle est en train de passer de son état d’ « usine pour les multinationales occidentales » à celui  d’un pays émergent. Elle se déconnecte de plus en plus du ‘’bras économique’’ du ‘’capitalisme du désastre’’. Elle crée ses banques et entreprend de recréer ‘’la route de la soie’’. Bien qu’étant ‘’un marché’’ de plus d’un milliard d’habitants,  elle est  engagée dans des relations géostratégiques enviables avec la Russie, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud. Elle est en train de trouver et d’approfondir ‘’sa voie’’.

Ils sont tous jeunes et parfois ils n’ont jamais leurs pieds au Congo-Kinshasa. Pourtant, ils sont tous opposants acharnés au régime dictatorial et monarchique incarné par Joseph Kabila depuis janvier 2001. Eux, ce sont les jeunes congolais connus  sous le vocable «Combattants» et qui militent depuis l’Occident (Amérique du Nord, Europe, Australie, Afrique du Sud, etc.) pour un changement de régime au Congo-Kinshasa. Parmi ces jeunes gens figure un certain NSAU KALEMBA dit Wilson, membre influent du MIRGEC (Mouvement International pour la Reconnaissance du Génocide Congolais)  depuis Bruxelles en Belgique.