Editorial
mardi novembre 21, 2017
Register

Un député européen intervient au Parlement Européen sur la situation actuelle du Congo-Kinshasa. Il reprend des révélations graves sur le mode opératoire des Occidentaux au pays de Lumumba. Il soutient, en filigrane, qu'ils sont derrière la rebelles de Museveni pour le renversement du pouvoir de Milton Obote (en 1986). Il dit à demis mots qu'ils sont derrière Kagame et la tragédie congolaise. Certains compatriotes qui l'ont suivi estiment qu'il soutient alias Joseph Kabila. Ils ne comprennent pas qu'au lieu parler des individus impliqués dans la tragédie congolaise, ce député européen met sur la place publique ''les causes matérielles'' de cette tragédie. Il se pourrait que moi, j'ai mal compris son raisonnement. Il est là, à partir de la 22ème minute : https://www.youtube.com/watch?v=CBhJN4Z0hY8. Ne devrions-nous pas dire que nous avons la chance d'avoir des occidentaux, eux-mêmes, dans un Parlement de plus d'une vingtaine de pays, soutenir ce que nous n'avons pas voulu entendre de la bouche ou lire des écrits de nos propres compatriotes ? Aussi, quand il arrive qu'une recherche soit menée, il est souhaitable de ne pas se limiter à un seul article, à une seule vidéo d'un auteur ou chercheur. Il faut aller fouiner pour voir s'il n'a pas déjà produit autre chose sur la question à l'étude.

Au sujet du député européen susmentionné, il y a une autre vidéo dans laquelle il dit plus ou moins ceci : « Kabila est critiquable ? Peut-on critiquer Kabila sans le faire pour Kagame ? ». Lui, ne se limite pas à un seul individu. Il s'en prend au fonctionnement du système tel qu'il est mi en place par ''les grandes puissances'' coopérant avec ''les groupes criminels africains''.

Malheureusement, plusieurs d'entre nous refusent d'entendre parler du fonctionnement de ce système de la mort et du vol. Ils n'acceptent les critiques formulées à l'endroit du Congo-Kinshasa que si elles mentionnent le départ de Kabila du pouvoir-os qu'il occupe. Ils ne sont même pas étonnés du fait que ''la fameuse opposition congolaise'' sur laquelle ils tiennent à s'appuyer pour ''chasser Kabila'' ne parle presque pas de l'implication de Kagame et Museveni dans ''le génocide congolais''. Sonia Rolley vient de produire une enquête ''le mode opératoire de la kabilie'' au Congo-Kinshasa. Je n'ai suivi aucune analyse de cette ''fameuse opposition'' sur ''les criminels rwandophones'' cités par cette enquête.

Souvent des analyses ne citant pas nommément alias Joseph Kabila sont vite interprétés comme une caution donnée à sa participation à la tragédie congolaise.

Il faudrait que les compatriotes ouvrent un peu plus les yeux pour se rendre compte que ''les petites mains'' du capitalisme ensauvagé sur le déclin ne soutiennent pas les massacres, les assassinats extrajudiciaires et ''les génocides'' qu'au Congo-Kinshasa. Plusieurs pays du monde sont dans leur collimateur. Maîtriser leur mode opératoire vaut mieux que s'en prendre uniquement à l'un ou l'autre pion qu'elles utilisent. Pour elles, les pions n'ont aucune valeur. Ils sont interchangeables.

Connaître leur mode opératoire peut aider dans la lutte contre l'interchangeabilité. Telle est la véritable lutte. Elle va au-delà de ''la fixation maladive'' sur la personne d'alians Joseph Kabila.

Cette ''fixation'' nous semble être un piège dans lequel plusieurs d'entre nous tombe consciemment ou inconsciemment avant qu'ils ne se ravisent et disent : « Nous avions cru que Mobotu (Kabila) parti, les choses changeraient. Mais voilà que ce n'est pas le cas. »

Pour ces compatriotes, il y a, en permanence, une volonté d'ignorer les leçons de l'histoire, un refus d'apprendre de notre histoire collective récente. Ils endurcissent leurs cœurs et leurs oreilles. Ils n'écoutent ni ''leurs Moïse'', ni ''leurs prophètes'' de ce temps. Même si quelqu'un revenait de chez les morts pour leur parler du mode opératoire des petites mains du capitalisme ensauvagé sur le déclin, ils ne seront pas convertis, aurait dit ''maître Jésus''.

 

Babanya Kabudi

Génération Lumumba 1961