Editorial
mardi novembre 21, 2017
Register

Questionner certaines de nos croyances devrait être un acte permanent. Il arrive que nous, Congolais(es), puissions croire que nous sommes l'une des populations les plus naïves du monde. Nous embrassons aussitôt après ceux et celles qui nous veulent du mal. Nous croyons facilement en l'autre. Et si cet autre en qui nous croyons si facilement nous tue, c'est notre faute. Et quand l'autre en qui nous croyons facilement estime que nous ne sommes bons et bonnes que pour la bière, l'argent et le sex, nous estimons qu'il a raison. Dans le cas contraire, nous n'aurions pas accepté qu'un ''petit pays'' nous colonise. Cela d'autant plus que nous ne nous aimons pas. Nous sommes l'une des populations du monde ayant tellement cultivé la haine de soi que nous pouvons vendre qui son père, qui son frère, qui sa mère, etc. Et nous en concluons que le plus grand ennemi du Congolais ou de la Congolaise, c'est le Congolais ou la Congolaise. OK. Très bien.

Toutes ces croyances peuvent avoir leur part de vérité. Maintenant, dites-moi, comment des ''Congolais(es) bolole'', comme nous le pensons souvent, n'ont-ils pas pu être tué(es) ou brutalisé(es) le vendredi 27 octobre quand l'ambassadrice Us aux Nations-Unis est arrivée à Kinshasa. Expliquez-moi. Je suis un ignare. Je voudrais comprendre. Pourquoi tous ces ''BMW'' qui sont sortis pour aller accueillir Félix Tshilombo Tshisekedi ce vendredi 27 octobre 2017 n'ont été ni tués, ni brutalisés ? Leur nature a-t-elle du coup changé ? Expliquez-moi. Je suis un ignare.

Et Nikki Haley, l'ambassadrice US aux Nations-Unis dont les propos au sujet de l'entrée du gouvernement fantoche de la kabilie au Conseil des Droits de l'Homme ont été plus que durs est arrivé à Kinshasa. Elle a passé deux heures d'échange avec alias Joseph Kabila sans témoin. Elle n'a fait aucune allusion aux nombreuses victimes des ''violations des droits de l'homme'' du régime de la kabilie. Pour elle, pas une minute de silence pour les millions des morts de ce régime. Et elle ose, sans un base de principes républicains, dire quand son pays veut que les élections aient lieu dans l'Etat raté et manqué du Congo-Kinshasa abusivement dit ''souverain''. Terrible !

Faut-il être un grand clerc pour affirmer que la guerre de basse intensité et d'extermination des Congolais(es) est un acte délibéré de la part de ceux qui, au nom de la guerre contre le terrorisme, veulent qu'ils soient les seuls gendarmes du monde en rejetant l'émergence du monde multipolaire ?

Oui. Ces gendarmes du monde ont leurs sous-fifres prêts à tuer pour que le monde unipolaire soit l'unique horizon possible des peuples du monde. Ils armes ces sous-fifres. Ils les protègent aux dépens des masses critiques éprises de liberté et d'émancipation politique.

Dans ce contexte, continuer à croire que les Congolais(es) se font, toutes et tous, massacrer par leur faute ne me semble plus être ''une croyance'' qui tient la route. Les Congolais(es) sont des millions riches de leur diversité. Faire de cette diversité une faute leur valant la mort, et une mort perpétuelle, est une idéologisation crasseuse de la guerre raciste de prédation et de basse intensité qui leur est imposée. Oui. En acceptant qu'alias Joseph Kabila soit encore un faux Président du Congo-Kinshasa jusqu'en 2018, l'ambassadrice US a passé un message aux Congolais(es) : vos morts sous ce régime ne disent rien aux USA ; nous soutenons encore notre ''Cheval de Troie''.

Oui. Depuis 1885, tuer les Congolais(es) est un acte délibéré. Cela n'est pas lié au fait que les frères et les sœurs de Kimbangu et de Lumumba sont tous et toutes tombé(es) dans la naïveté. Non. La cupidité et l'avidité de leurs bourreaux sont plus fortes que tout. Les frères et les sœurs de Kimbangu et de Lumumba devraient jouir de l'avantage qu'ils ont sur ''leurs bourreaux'' en conscience. Ils savent, comme dirait Césaire, que leurs bourreaux, depuis la nuit des temps, mentent. Cela ne devrait pas les conduire à rompre avec leur réécriture de l'histoire et leur autocritique. Oui. Si alias Kabila et son régime continuent à nous tuer demain, ce n'est pas simplement parce que nous sommes les BMW. Non. Les gendarmes du monde appartenant à ''la nation exceptionnelle'' en auront décidé ainsi sous prétexte de lutter contre le terrorisme. Ils veulent tout simplement voler nos matières premières stratégiques et détruire notre identité.

 

Mbelu Babanya Kabudi

Génération Lumumba 1961