Editorial
dimanche décembre 17, 2017
Register

Les catégories du faux et du vrai, du beau et du laid, de la vérité et du mensonge semblent être combattues par les partisans de ''la realpolitik''. Optant pour ''la pensée complexe'', ils semblent oublier qu'elle en appelle au décloisonnement des disciples, à l'inter et à la transdisciplinarité.

Ils ont leur ce mantra : la politique n'est pas de la morale. Mais qui dit ça ? Selon quelle tradition politique ? Un Mukalenge, un chef, dans une certaine tradition luba du pouvoir est celui qui ''lengeja'', qui améliore, rend vrai, beau et bien ce qu'il fait pour ses ''bantu''. Il est fondé sur une certaine éthique de la responsabilité. Il est toujours ''le Mukalenge wa bantu'' et ses sujets sont ''les bantu wa Mukalenge''. Il y a une réciprocité de responsabilité (et de devoir) entre le Mukalenge (chef) et ses bantu. Avec ses ''Kapita'', il exerce le pouvoir de correction des bantu fautifs. Il sait ceci : ''Tshikuyi tutshikulule musange, mwena tshilema, tumubelele mu bantu''.

Nous sommes allés apprendre à l' Université que la politique n'est pas de la morale et que tous les coups sont permis. Nous refusons de questionner le sens du politique et de la politique.

Et pourtant, chaque jour, l'histoire du monde nous révèle les limites de la politique fondée sur le mensonge. Elle nous présente les dégâts qu'elle cause. Cette politique-affairisme-néolibérale amorale se révèle destructrice pour l'humanité. Et nous continuons à répéter que la politique n'est pas de la morale et à justifier la destruction de la vie que cela permet.

Prenons un peu le temps de lire cet article, nous qui avons cru dans ''la guerre contre le terrorisme''.

Nous aurions mieux fait d'accorder un peu plus de crédit au livre de Jean-Loup Izambert intitulé ''Crime sans châtiment''. Oui, l'humanité souffre de plusieurs crimes odieux commis dans l'impunité totale. Lisons :http://reseauinternational.net/les-revelations-dun-haut-responsable-qatari-a-la-bbc-devoilent-une-conspiration-anti-syrienne-bien-plus-large/. La vérité finit toujours par triompher.

D'où vient sa force ? Ses partisans ? Ceux et celles qui s'efforcent de rendre le monde meilleur ?

Enigme !

 

Babanya Kabudi

Génération Lumumba 1961