Editorial
dimanche octobre 21, 2018
Register

Pour avoir eu accès à la mangeoire de ''la kabilie'', certains compatriotes ont affirmé, la main sur le cœur, qu'ils avaient signé ''un pacte républicain'' en Afrique du Sud. Et que celui-ci avait mis fin à la guerre. Ils ne semblent pas avoir compris la tactique du ''talk and fight''. Ils ne semblent pas avoir compris que la guerre raciste de prédation et de basse intensité est perpétuelle. Beni, Ituri, Makobola, Katoka, Kananga, Kikwit, Kinshasa, etc. pleurent toujours leurs morts au quotidien. Cela depuis bientôt plus de deux décennies. Dans l'indifférence générale.

Malheureusement, ces compatriotes ont du mal a revoir leur copie. Ils n'ont pas compris que ''le faux pacte républicain'' fut une stratégie permettant aux ''tueurs à gages'' internationaux et à leurs sous-traitants d'avoir la mainmise sur le Congo-Kinshasa tout en poursuivant l'extermination des Congolais(es).

En Ituri comme dans plusieurs coins du Congo-Kinshasa, les femmes sont violées, éventrées, les fœtus découpés à la machette ou à la hache. Les compatriotes sont tués et chassés de leurs terres. La concentration des ''milices de la kabilie'' dans les grands centres facilite la guerre de soumission menée contre la jeunesse congolaise.

Non. Messieurs ''les hommes d'Etat-d'un-non-Etat'', essayez de revoir votre copie. Il n'y a pas eu de pacte républicain. Il y a un génocide que notre manque de lucidité collective a facilité. Revoyons l'usage que nous faisons de certains mots et de certaines expressions. Le mensonge systémique a eu raison de la voyance de plusieurs d'entre nous.

Un dictionnaire est mis à votre disposition : ''Ingeta. Dictionnaire pour une insurrection des consciences'' (2017). Noam Chomsky et Andre Vltchek ont réalisé un travail merveilleux en étudiant ''le supergénocide congolais'' dans ''L'Occident terroriste. D' Hiroshima à la guerre des drones'' (2015). Ce petit livre de 174 pages peut éclairer votre approche de la guerre raciste menée contre notre pays. Une éthique reconstructive est indispensable au pays.

 

Babanya Kabudi

Génération Lumumba 1961