Editorial
jeudi août 17, 2017
Register

Dans un texte de ''Kongo Dieto 2898'', Ne Muanda Nsemi essaie de retracer à grands traits l'histoire immédiate du Congo-Kinshasa. Il rappelle que ''JOKA'', chauffeur de taxi connu à Dar-e-Salam par Defao (un musicien congolais) est un ruandais pur.  ''Joseph Kabila'' est un nom congolais qu'il s'est affublé  comme l'ont fait plusieurs autres ruandais au cours de la guerre de l'AFDL. Donc, c'est un faux nom. Son véritable nom est Hyppolite Kanambe.

Dans son point de presse de ce jour (21 décembre 2016), l'un des responsables ''apparents'' de la police politique de ''la Kabilie'' soutient que plusieurs morts tentaient de piller l'un ou l'autre magasin ou dépôt. D'autres le sont par balle perdue. 

Bien qu'étant au courant de la façon dont fonctionne la machine anglo-saxonne (et ses médias), nous estimons qu'il y a , dans les préoccupations des journalistes ayant enquêté sur ''l'empire familial économico-financier'' de la famille Kabila, des questions pouvant retenir notre attention.  

Les dernières révélations faites par Edward Snowden sur l'espionnage anglo-saxon de l'Afrique est repris plusieurs fois par les Internautes congolais à travers leurs réseaux sociaux et les e-mails. Nous croyons qu'ils se sont enfin rendus compte que le Congo-Kinshasa figure parmi les pays les plus espionnés. Et qu'ils ont vu que le lien est établi directement, à travers cet espionnage, entre Paul Kagame , Joseph Kabila et ''les fausses rébellions'' suscitées à l'Est du Congo-Kinshasa (.http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/08/la-rdc-etroitement-scrutee-par-les-espions-britanniques-et-americains_5045622_3212.html#wxsfrR2jmAZ4uJlA.99)