Editorial
lundi juillet 23, 2018
Register

 

Il se pourrait que comme Mme Bazaiba le confie à Jeune Afrique (http://www.jeuneafrique.com/484995/politique/rdc-eve-bazaiba-nous-avons-ete-naifs-de-faire-confiance-a-kabila/), il y ait eu beaucoup de naïveté du côté des compatriotes ayant ''fait confiance à Alias Joseph Kabila''.

Dès que nous perdons de vue que les crimes commis par l'APR/AFDL depuis les années 1990 sont ''des crimes organisés'' par ''les grandes puissances anglo-saxonnes'' , leurs proxys ougando-rwandais et les compradores congolais, nous commettons une erreur fatale.

Le professeur Alphonse Maïndo vient de dénoncer la fabrication de ''faux diplômés d'université''. Des ''autorités politiques et militaires'' reçoivent des diplômes des universités congolaises sans qu'ils aient ni participé aux cours, ni présenté les examens( http://www.tshukudunews.com/societe/scandale-en-rdc-le-professeur-maindo-denonce-loctroi-de-faux-diplomes-duniversite-a-des-autorites/). Qu'est-ce que cela signifie ? Pourquoi ça ?

Si nous ne lisons pas, c'est notre faute. Nous serons dominés par notre ignorance ; ou plutôt à cause de notre ignorance. Avant la mascarade électorale de 2006, Raf Custers, l'auteur de ''Chasseurs de matières premières'' (Bruxelles, 2013) nous avertit. Il nous dit que les patrons allemands ont décidé de prendre possession des matières même en passant par la guerre. Malheureusement, nous avons, nous, continuer à parler du processus démocratique et des élections.