Editorial
lundi septembre 24, 2018
Register

Oui. C'est un rapport de plus. C'est vrai. Le lire est important. Le lire de bout en bout (126 pages) me semble indispensable. Cela aide à se rendre compte du niveau d'ensauvagement atteint par ''les milices de la kabilie''. Si le Congo-Kinshasa était un ''Etat normal'', il organiserait un Tribunal Spécial pour juger les auteurs des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis au Kasaï entre 2016 et 2017. Au cours de la commission de certains crimes, des similitudes peuvent être établis entre ceux-ci et ceux commis jadis au Rwanda et à l'Est du pays au cours au cours du génocide et au cours de ''la fausse guerre de libération'' de 1997. Le mode opératoire présente une certaine constance. Les crimes commis au Bas-Congo contre les adeptes de Bundu dia Kongo obéissaient à ce même mode opératoire.

Il se passe quelque de malsain dans certains milieux congolais. Des compatriotes fanatiques, applaudisseurs et thuriféraires de ''leurs gourous'' politicards estiment qu'il leur appartient de dicter au reste de la communauté congolaise les questions pouvant être débattues publiquement.

Au Congo-Kinshasa, ils sont allés chercher ''un jeune rwandais manipulable'', comme en témoigne un député européen dont les propos se passe de tout commentaire (http://www.ingeta.com/la-difficulte-du-congo-kinshasa-cest-sa-richesse/). Même s'il croit malheureusement que la difficulté du Congo, c'est sa richesse. Et qu'elle serait celle de la France ? Là aussi, l'Etat profond français a fabriqué du ''Président''. Un article en donne les détails ;https://reseauinternational.net/president-pas-par-hasard-on-sen-serait-doute/.Qu'en pensent ''les Macron Congolais'' ? Où sont-ils passés ?

Quand tuer les Congolais(es) au cours d'une guerre raciste de prédation menée par procuration peut être applaudi comme ''une vision d'un leadership responsable'', on est prêt pour l'esclavage.