Editorial
vendredi décembre 15, 2017
Register

Questionner certaines de nos croyances devrait être un acte permanent. Il arrive que nous, Congolais(es), puissions croire que nous sommes l'une des populations les plus naïves du monde. Nous embrassons aussitôt après ceux et celles qui nous veulent du mal. Nous croyons facilement en l'autre. Et si cet autre en qui nous croyons si facilement nous tue, c'est notre faute. Et quand l'autre en qui nous croyons facilement estime que nous ne sommes bons et bonnes que pour la bière, l'argent et le sex, nous estimons qu'il a raison. Dans le cas contraire, nous n'aurions pas accepté qu'un ''petit pays'' nous colonise. Cela d'autant plus que nous ne nous aimons pas. Nous sommes l'une des populations du monde ayant tellement cultivé la haine de soi que nous pouvons vendre qui son père, qui son frère, qui sa mère, etc. Et nous en concluons que le plus grand ennemi du Congolais ou de la Congolaise, c'est le Congolais ou la Congolaise. OK. Très bien.

 

Il se pourrait que comme Mme Bazaiba le confie à Jeune Afrique (http://www.jeuneafrique.com/484995/politique/rdc-eve-bazaiba-nous-avons-ete-naifs-de-faire-confiance-a-kabila/), il y ait eu beaucoup de naïveté du côté des compatriotes ayant ''fait confiance à Alias Joseph Kabila''.

Dès que nous perdons de vue que les crimes commis par l'APR/AFDL depuis les années 1990 sont ''des crimes organisés'' par ''les grandes puissances anglo-saxonnes'' , leurs proxys ougando-rwandais et les compradores congolais, nous commettons une erreur fatale.

Le professeur Alphonse Maïndo vient de dénoncer la fabrication de ''faux diplômés d'université''. Des ''autorités politiques et militaires'' reçoivent des diplômes des universités congolaises sans qu'ils aient ni participé aux cours, ni présenté les examens( http://www.tshukudunews.com/societe/scandale-en-rdc-le-professeur-maindo-denonce-loctroi-de-faux-diplomes-duniversite-a-des-autorites/). Qu'est-ce que cela signifie ? Pourquoi ça ?