Editorial
vendredi décembre 15, 2017
Register

En séjour en Europe depuis une semaine, le PPRD Augustin Matata Ponyo, premier ministre de Kabila Kabange, est sollicité par des médias dominants dont France 24 pour commenter le dernier sommet de la francophonie organisé à Kinshasa et l’actualité congolaise notamment en rapport avec la décision de la justice militaire de ne pas faire comparaitre John Numbi, principal suspect selon les parties civiles, comme prévenu dans le procès en appel dans ce qu’il est convenu d’appeler Affaire Chebeya.

Elio Di Rupo, premier ministre du royaume de Belgique, reçoit ce mardi 23 octobre à 11h à Bruxelles Augustin Matata Ponyo, premier ministre de Joseph Kabila.

Intervenant moins de dix jours après le XIVe sommet de la Francophonie qui s’est tenu à Kinshasa, la rencontre Di Rupo-Matata est sujette au questionnement dans la mesure où l’absence du premier ministre belge au sommet de Kinshasa a été commentée comme une manière pour Bruxelles de prendre la distance avec un régime qui est loin d’être un jardin où poussent les fleurs de la démocratie.

Après les critiques unanimes de la presse francophone belge qui n’a pas apprécié l’absence de Di Rupo au sommet de Kinshasa alors que le pays hôte permet à la Belgique de se prévaloir sur la scène internationale d’une expertise en Afrique centrale, le premier ministre socialiste semble s’être souvenu qu’entre les Etats il n’y a que des intérêts qui comptent. Il semble d’ailleurs que c’est en vertu de cette approche qu’en dépit du hold-up électoral de novembre 2011, Elio Di Rupo a été le premier chef de gouvernement occidental, à avoir reconnu l’élection de Joseph Kabila à travers une lettre à la formulation roublarde par laquelle il adressait ses félicitations à « l’ensemble du peuple congolais pour la tenue des élections qui vous ont reconduit au poste de président de la République ».

Il a fallu quelques jours à la rédaction de Congoone pour digérer l’annonce inopinée faite par Jean-Pierre Mbelu d’observer une pause en vue de se consacrer à une méditation approfondie sur son engagement ecclésial et humain.

En dépit de la surprise de l’annonce, c’est ici l’occasion de saluer l’engagement désintéressé d’un ami qui ne court pas derrière le pouvoir temporel et qui a été au rendez-vous dès la création de Congoone.

Tout le monde s’y attendait. Il n’avait pas de suspens à lever. Après avoir rejeté ce vendredi le recours en annulation de l’élection  présidentielle du 28 novembre dernier introduit par Vital Kamerhe, la Cour suprême de justice a confirmé les résultats provisoires publiés par la CENI de Ngoy Mulunda  et proclamé Joseph Kabila Kabange président élu.