Editorial
lundi octobre 21, 2019
Register

La trouvaille des ‘’maîtres du monde’’ depuis qu’ils ont choisi de s’approprier les richesses des ‘’Etats ratés’’ est de faire feu de tout conflit.   Celui-ci, ils le créent ou l’imagine.

Après avoir utilisé ‘’les tueurs à gage ‘’ que sont la Banque mondiale et le FMI, ils fabriquent ‘’les terroristes’’  pour cacher leur propre terrorisme[1]. C’est-à-dire, un recours permanent à la violence  pour protéger ‘’leurs intérêts’’. Pendant qu’au Congo-Kinshasa le débat autour des élections focalise toute l’attention, eux ont déjà prévu l’occupation de l’Afrique à partir de Djibouti jusqu’en 2040. Eux ont déjà désigné l’Afrique comme terrain de leurs prochaines ‘’guerres pour la démocratie et le respect des droits de l’homme’’. Africom est impliqué dans la planification de cette guerre contre ‘’les terroristes’’ en Afrique. Ils ont déjà indiqué les champs de leurs futures batailles[2]. Comment, dans ce contexte, faire montre de beaucoup de sagesse et de beaucoup d’intelligence pour ne pas tomber dans leur jeu ? C’est-à-dire comment faire pour avoir toujours présent à l’esprit que tout prochain conflit en Afrique pourrait leur profiter ? L’équation est difficile.

Il est curieux d’entendre certains compatriotes soutenir que le dialogue est indispensable au Congo-Kinshasa pour qu’il y ait des élections apaisées ! Tiens ! Revisitons l’histoire immédiate. Pourquoi n’y a-t-il pas eu des élections apaisées en 2006 ? Qui a provoqué ‘’la bagarre’’ ?  C’est ‘’la kabilie’’.  Les hommes du ‘’raïs’’ ont attaqué  la résidence de Jean-Pierre Bemba pendant que ce dernier échanger avec certains membres du corps diplomatique présent à Kinshasa. Rappelons que ‘’la kabilie’’ avait dû être soutenu par l’Eufor. Pourquoi ?

Pour mettre de l’ordre dans l’organisation disait Mao, il faut commencer par la mettre dans les idées. Quelles sont les idées dominantes de la gestion du Congo-Kinshasa aujourd’hui ? Sur quoi la négation de sa souveraineté est-elle fondée ?

Pourquoi ce pays risque-t-il d’être balkanisé et d’imploser ?  Les idées ultralibérales ont pénétré dans les cœurs  et les esprits de plusieurs compatriotes. Ils sont devenus des consommateurs  du marché ultralibéral.  Désormais, ce sont les clients de ce marché privilégiant ‘’l’avoir’’ par rapport à ‘’l’être’’ qui voudraient être aux commandes de ce pays demain. Ils ne sont en rien différents des ‘’nouveaux prédateurs’’ qui le dirigent aujourd’hui. Tous, ils sont prisonniers du mondialisme. C’est-à-dire e l’expansion du marché ultralibéral et de ses valeurs narcissiques.

« Un peuple sans mémoire ne peut pas être un peuple libre. » D. MITTERRAND

Dans un monde où la pensée ultralibérale est en train de détourner le pouvoir politique des mandataires du peuple pour le confier aux oligarques de l’argent, le 1% d’ ‘’usurpateurs’’, il est curieux d’entendre les médias dominants parler de l’arrestation des jeunes ‘’pro-démocratie’’ au Congo-Kinshasa. Tout en fustigeant ces arrestations illégales, nous avons pris le temps de suivre l’itinéraire citoyen de ces jeunes et de les écouter pour en savoir plus. Notre peur est qu’ils ne puissent tomber dans un ‘’esclavage volontaire’’ à cause du ‘’dollar’’ et par amnésie. Dans le contexte actuel, être ‘’pro-démocratie’’ dans les médias dominants, c’est synonyme d’être ‘’pro-occidental’’ et contre les intérêts de son peuple.