Editorial
vendredi décembre 15, 2017
Register

Président de la mémorable Conférence nationale souveraine (CNS) en 1991, puis président du Haut Conseil de la République ( HCR) et du Haut conseil de la République-Parlement de transition ( HCR-PT) de 1992 à 1997, Mgr Laurent Monsengwo Pasinya aurait dû assumer la plus haute charge de l’Etat en 1997 si le maréchal Mobutu Sese Seko avait eu l’intelligence d’abdiquer de manière à couper l’herbe sous les pieds de l’AFDL. Hélas !

Dans son message à l'occasion de la fête nationale du Royaume de Belgique, ce mercredi 21 juillet, le roi Albert II a fait la part belle au Congo à démocratiser en mettant en exergue la nécessité d'un nouveau partenariat et du respect mutuel.


C'est désormais à une escalade verbale latente qu'on assiste entre Bruxelles et Kinshasa au sujet d'un superbe cadeau en diamant (congolais) offert à la reine Paola par Kabila Kabange à Kinshasa, en marge du cinquantenaire de l'indépendance du Congo à démocratiser.

Les Congolais s'étaient engagés, à travers leur hymne de l'indépendance ( Debout Congolais), à bâtir un pays plus beau qu'avant et à assurer sa grandeur.
Le mercredi 30 juin 2010, 50 ans auront passé depuis que ce serment n'a cessé d'être trahi. L'heure est au bilan. Mais quel bilan?