Politique
mardi août 21, 2018
Register

''La vérité doit être martelée avec constance, parce que le faux continue d’être prêché, non seulement par quelques-uns, mais par une foule de gens'' Goethe

Leurs discours souverainistes et leurs querelles avec ''leurs parrains'' sont souvent destinés à amuser la galerie congolaise. Tous ou presque ont choisi d'avoir des cabinets des lobbyistes aux USA. Est-ce par mesure de prudence, par ruse ou par conviction que les politicards congolais choisissent de mener un lobbying dans un pays où l'argent a phagocyté le processus politique ? (https://www.youtube.com/watch?v=w7iZH3Rl9eI) Auraient-ils voulu s'imiter mutuellement avant de prétendre qu'ils ont des projets de société et des programmes de gouvernement à présenter aux masses populaires congolaises pour démocratiser le Congo-Kinshasa ? Et tous ou presque parlent des chiffres comme si ''savoir compter'' était l'unique richesse importante pour l'avenir du pays de Lumumba ! Ces politicards, en créant des cabinets de lobbying aux USA pour ''se vendre'' à ''ploutonomie'' made in USA, ils optent tous pour la soumission à ''la sécurité nationale américaine''.

''Un peuple sans mémoire ne peut pas être un peuple libre'' D. MITTERRAND 

Inscris dans un faux processus affairiste et mortifère malheureusement dénommé ''politique'', des compatriotes ayant accepté d'être corrompus afin qu'ils élaborent et votent des lois liberticides se plaignent. Ils veulent que ''l'opposition congolais'' ait ''une candidature unique'' à ''la présidentielle''.

L'accès aux réseaux sociaux peut être un atout sérieux pour des compatriotes soucieux de comprendre ce qui se passe dans notre pays. Un documentaire sur l'acquisition des terres congolaises au Sud-Kivu par ''Alias Joseph Kabila'' y circule. Le voici :https://www.youtube.com/watch?v=pi81OLLvpew&feature=youtu.be. Pour acquérir les terres de Mbobero, les maisons d'habitations, les écoles et les hôpitaux (ou les dispensaires) ont pu être détruits. La milice privée de ''la kabilie'' a été mise à profit.

Un ''non-pays'', un ''non-Etat'', sans une administration ayant organisé un recensement en bonne et due forme dit être prêt pour les élections le 23 décembre 2018.

Les signes précurseurs des élections biaisées au cours d'une histoire où ''un jeune manipulable'' et ''inoffensif'' a été imposé au pouvoir-os au Congo-Kinshasa sont à peine analysés en profondeur.