Politique
dimanche octobre 21, 2018
Register

Du «Bal des chauves» à celui des comploteurs, il n’aura fallu qu’un chemin à parcourir avec l’issu de la gigantesque farce du cinquantenaire célébrée avec faste par le régime de Kinshasa en compagnie de ses complices connus de tous. Au lendemain de cette fête à laquelle le peuple souverain n’avait pas été convié, les langues commencent à se délier quant aux millions engouffrés dans cette machine par rapport à la misère du quotidien. Cela sans oublier les cadeaux de valeurs offerts aux invités d’honneurs pour ne pas dire du déshonneur et leurs épouses qui ont fait vacillé tout le monde y compris la maison royale de Belgique… La parure des diamants et pierres précieuses reçue par la reine Paola de Belgique des mains de Joseph Kabila a été donné à la Fondation Royale du Royaume pour éviter un scandale  à la manière de diamants de Bokassa offert à Valérie Giscard d’Estaing de l’époque.

Pendant combien de temps allons-nous attendre une enquête impartiale, indépendante et crédible  sur l’assassinat de Floribert Chebeya ? Quels sont les critères qui pourront nous convaincre de l’impartialité, de l’indépendance et de la crédibilité de cette enquête ? Pourquoi les partisans de cette enquête n’écoutent-ils pas la rue, ces jeunes accompagnant la dépouille mortelle de la « voix des sans voix »  à sa dernière  demeure et criant « Kabila assassin au Congo » ?

Alors qu'on le croyait encore en Afrique du Sud, voilà Etienne Kabila qui se signale à l'Est de la RDC. L'aîné de Kabila a mis fin à son exil sud-africain depuis décembre dernier et a gagné les montagnes de l'Est de son pays à la tête d'un mouvement armé dont l'objectif est de mettre fin à la nouvelle dictature au Congo.

Depuis le début de la guerre d’agression contre laquelle notre pays résiste, il y a une double question que mes compatriotes posent régulièrement, à travers les conférences ou les émissions que j’anime : « Si nous luttons tous pour une même cause, pourquoi sommes-nous divisés ? Pourquoi n’arrivons-nous pas à nous mettre ensemble ? »