Politique
vendredi décembre 15, 2017
Register

Porte de Namur à Bruxelles(Matonge vue du ciel)

 

{mosmap width='500'|height='400'|lat='50.83849537346457'|lon='4.363179958288583'| zoom='15'|zoomType='Large'|zoomNew='0'|mapType='Plan'|showMaptype='1'| overview='0'|text='Porte de Namur(Matonge)'|tooltip='DWO'|marker='1'| align='center'}

 

Qui sommes-nous ?

CongoOne est un laboratoire d'analyse de l'information sur la République démocratique du Congo.

Le journaliste étant l'historien du présent, les rédacteurs inscrivent leur démarche dans l'optique selon laquelle l'information sur le Congo ne doit pas être l'apanage de quelques illuminés, spécialistes autoproclamés sur le Congo, dont les écrits sont une caution permanente à la gestion hasardeuse des dirigeants qui, par action ou par omission, contribuent à la désarticulation de tous les secteurs vitaux de la nation.

A cet effet, CongoOne prend ses distances avec la presse de la haine qui se développe dangereusement au mépris des textes légaux garantissant l'exercice de la liberté de la presse et entend ouvrer en faveur de la promotion des droits de l'homme.

Numéro ISSN : 2032-9199.

contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Rédacteurs

Depuis que Joseph Kabila a entrepris son périple à travers certaines provinces de notre pays, les articles de certains journaux kinois ne cessent de revenir sur le bain des foules qui lui est réservé. Celui-ci témoignerait de sa popularité auprès de toutes les populations des provinces visitées. Soit ! Mais sur quoi pourrait être fondée cette popularité ? N’est-ce pas sur une conception « affective » de la citoyenneté ? N’y a-t-il pas une certaine popularité infantilisante ?

Le titre de ce petit article dévoile un secret de polichinelle. Il s’inspire de l’interview qu’Azarias Ruberwa vient de donner cet avant-midi à la RFI. Même si ses prises de position sur le retour des réfugiés Hutu au Rwanda et sur celui des réfugiés Tutsi en RD Congo sont sujet à débat, la perception qu’Azarias Ruberwa du niveau atteint par l’achat des consciences et la corruption dans notre pays relance la question des slogans tels que « tolérance zéro ». Comment un conglomérat de corrupteurs peut-il lutter contre la corruption ? « Tolérance zéro » est un slogan pour rire et effrayer « les petits koluna »…