Politique
samedi juillet 21, 2018
Register

Le Nord-Kivu vient de donner le ton. Le CNDP entre  au gouvernement. Ceci serait la concrétisation des accords signés à Goma le 23 mars.  Julien Paluku, par  son porte-parole, Célestin Cibomana, a annoncé hier lundi 28 décembre 2009 que la nommination  de quelques éléments des « ex-groupes armés » dans son gouvernement  s’inscrivait dans le cadre des accords signés le 23 mars. "C'est le cas du ministre provincial de la Justice, droits humains et réinsertion de la population qui provient du Congrès national pour la Défense du peuple (CNDP) ainsi que des différents conseillers du gouverneur, identifiés comme anciens du Patriote Résistant Congolais (PARECO) et d'autres groupes armés", a-t-il souligné sans donner d'autres précisions, rapporte Xinhuanet.

 

La dernière sortie médiatique du Commissaire Européen au développement, l'ex-ministre Belge des Affaires Etrangères fait couler beaucoup d'encre. Le journal Le Potentiel (de ce vendredi 18 décembre 2009) a même publié un article intitulé « En disant chercher des interlocuteurs appropriés » en RDC, Karel De Gucht provoque Joseph Kabila ». Le Ministre Congolais chargé de la Communication, a pour sa part, posé la question de savoir de quel Congo Karel De Gucht parlait.

Déployons un petit effort pour situer les propos de Karel De Gucht dans le contexte global de ce qui se passe chez nous. La sortie médiatique de Karel De Gucht coïncide avec l'ouverture, à Kinshasa, d'un forum sur la corruption. Le vice-premier Ministre qui a ouvert ce forum, Emile Bongeli, a confessé sa honte face aux proportions atteintes par la corruption dans notre pays.

 

Pourriez-vous vous  présenter brièvement à nos lecteurs ?

Rép. : Je m’appelle Clément Tshamala Mulenda. Docteur vétérinaire. En effet, après mes études primaires et secondaires, j’ai fait un an à l’Institut des Mines de Bukavu qui a dû être transféré, l’année suivante, à Lubumbashi pour son intégration à la faculté polytechnique. Compte tenu des difficultés  liées à cette intégration, beaucoup d’étudiants avaient décidé de changer d’orientation car l’attente de la décision devenait longue. C’est ainsi que je me suis fait inscrire en première année à la faculté de médecine vétérinaire. Après les six années d’études, j’ai eu mon diplôme de docteur en médecine vétérinaire en 1978. Je suis resté dans la même faculté pour y travailler comme assistant en chirurgie ensuite comme chef des travaux. De 1983 à 1985, j’ai obtenu une bourse de la coopération allemande qui m’a permis de faire une spécialisation en chirurgie des bovins à la faculté de médecine vétérinaire de Hanovre. De retour au pays, j’ai eu une autre proposition de bourse en 1988, cette fois-ci de la coopération belge. C’est avec cette bourse que je suis venu à l’université de Gand où j’ai préparé et défendu ma thèse de doctorat en chirurgie des petits animaux (chien et chat) en 1995.

 

Porte de Namur à Bruxelles(Matonge vue du ciel)

 

{mosmap width='500'|height='400'|lat='50.83849537346457'|lon='4.363179958288583'| zoom='15'|zoomType='Large'|zoomNew='0'|mapType='Plan'|showMaptype='1'| overview='0'|text='Porte de Namur(Matonge)'|tooltip='DWO'|marker='1'| align='center'}